Francesca Musiani participe à ce projet porté par Christine Petr, professeure à l’Université Bretagne Sud, et financé par la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB).

 
Projet MSHB

SensibData

La sensibilisation et la responsabilisation aux données personnelles et à leur gestion raisonnée pour des modèles économiquement et socialement durables du « privacy-friendly »

 
2018-2020

Accueil > Recherche > Projets en cours

 

Le projet Sensibdata vise à comprendre les significations, représentations et comportements effectifs des utilisateurs (acteurs individuels et organisations) vis-à-vis des données personnelles pour envisager les leviers de leur sensibilisation et de la
responsabilisation.

Résumé

La prise en compte des données personnelles est un sujet qui préoccupe les individus, d’après leurs déclarations, mais nombre de comportements laissent à penser que ce ne serait pas le cas, voire que les individus agiraient de manière irrationnelle. Décrit comme le privacy paradox, les explications se confrontent et ne sont pas englobées dans une vision holistique. Afin de dépasser ces difficultés, nous proposons d’aborder le sujet des données personnelles au regard du besoin que les utilisateurs finaux, mais aussi les organisations, avec le RGDP, ont d’apprendre une forme d’hygiène de l’usage du numérique.

Obtenir des données à tout prix n’est pas une stratégie pertinente et s’éloigne des concepts fondateurs du marketing relationnel, où il était d’abord question de relation de confiance. Notre projet, qui s’appuie sur une pluralité de regards disciplinaires, vise à répondre à des ambitions de compréhension intégrée, dépassant les querelles épistémologiques, des pratiques des utilisateurs, qu’ils soient consommateurs citoyens, ou qu’ils soient responsables de la gestion de la relation au public, pour poser les bases permettant de savoir qui, comment et dans quelles limites on peut espérer sensibiliser et responsabiliser les acteurs du net fixe et mobile et du monde des IoT.

Pour répondre à ces ambitions, nous fonctionnerons selon une logique interdisciplinaire. Chaque terrain d’étude et objectif de recherche sera porté et traité par plusieurs chercheurs de disciplines distinctes.

Mots-clés disciplinaires : marketing, droit et sciences politiques, philosophie, psychologie sociale, sciences de l’information et de l’éducation.

Mots-clés thématiques : données personnelles, privacy concern, sensibilité, médiation à la régulation de pratiques numériques.

Participants

L’équipe regroupe 20 membres qui déploieront les études terrains sur leurs périmètres géographiques :
– la zone grand-ouest avec l’arc Brest (UBO)-Vannes (UBS)-Rennes (Rennes 2) pour le périmètre régional et Nantes (Audencia) ;
– la zone centrale sur Paris (IMT, Université de Technologie de Compiègne, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3),
– le périmètre international (restreint à ce jour à l’Université de Bucarest en Roumanie, mais amené à être développé suite à l’obtention de contacts par des mobilités).

Christine Petr, professeure, Université Bretagne Sud, responsable scientifique
Benjamin Agi, doctorant, IMT Atlantique
Alice Anberrée, maître de conférences, Sciences Po Rennes
Annie Blandin, professeure, IMT Atlantique
Michel Gentric, maître de conférences, Université Bretagne Sud
Christine Delfossse, maître de conférences, Université Bretagne Sud
Pierre-Antoine Chardel, professeur, IMT, Télécom École de Management
Olivier Segard, enseignant-chercheur, IMT, Télécom École de Management
Calin Veghes, professor, Academia de Studii Economice din Bucuresti, Catedra de Marketing
Caroline Lancelot-Miltgen, professor, Audencia Nantes
Jacques Fischer-Lokou, professeur, Université Bretagne Sud
Francesca Musiani, chargée de recherche, CNRS (ISCC)
Romain Gola, maître de conférences HDR, IMT, Télécom École de Management
Gilles Pinte, maître de conférences, Université Bretagne Sud
Roseline Le Squère, administratrice de l’IRDL, chercheuse associée, Université Bretagne Sud
Julien Rossi, enseignant-chercheur et doctorant, Université de technologie de Compiègne
Lucien Castex, ingénieur de recherche, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Florian Hémont, enseignant-chercheur, Université Rennes 2
Marine Gout, ingénieure d’études, Université Rennes 2
Nicolas Béchet, enseignant-chercheur, Université Bretagne Sud