Conférence « Les statistiques publiques en débat »

 
19 février 2009, avec A. Desrosières et B. Lemoine

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Médias et controverses

 

Présentation

A. Desrosières et B. Lemoine

Comme la monnaie, la statistique publique ne joue efficacement son rôle que si elle inspire confiance. De ce point de vue, le système statistique public français, c’est-à-dire l’INSEE et les services statistiques des ministères, combine, d’une façon spécifique, deux formes de légitimité : celle de l’État et celle de la science. L’efficacité de l’argument statistique repose sur l’idée, rituellement invoquée, des « chiffres incontestables ». Pourtant, sur certaines questions essentielles – la hausse des prix, le chômage, la pauvreté, la croissance, l’immigration –, des controverses portant sur la définition des indicateurs utilisés, les méthodes de mesure ou encore leurs interprétations surgissent souvent. Par ailleurs, le fait même d’enquêter, de rassembler des informations sur les personnes ou sur les entreprises pour construire des statistiques, suscite des craintes et de la méfiance.

Médias et controverses, 19 février 2009
Affiche à télécharger (format A4)

Alain Desrosières évoquera l’histoire, les ressorts et la portée de la contestation des statistiques publiques.

Benjamin Lemoine reviendra sur la médiatisation de la controverse autour du chiffrage des programmes politiques lors de la campagne présidentielle 2007.

Jeudi 19 février 2009 de 14 à 16 heures

Intervenants

Alain Desrosières
Sociologue, Centre Alexandre Koyré / Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques (CAK/CRHST) - UMR 8560 CNRS – Museum national d’histoire naturelle – Cité des sciences et de l’industrie, Paris
Administrateur de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), Paris

Benjamin Lemoine
Doctorant, Centre de sociologie de l’innovation (CSI) - UMR 7185 CNRS – Mines ParisTech

Synthèse

L’objet de la controverse s’est placé dans le champ des sciences économiques et sociales. Autour d’Alain Desrosières et de Benjamin Lemoine, nous nous sommes intéressés aux statistiques publiques, de leur construction au sein des organismes chargés de les produire (INSEE, etc.) et des conflits qu’elles entrainaient entre les différents acteurs de ces mêmes organismes (espace privé de la controverse) à leurs usages dans les médias d’information généralistes (espace public de la controverse).

Alain Desrosières a évoqué l’histoire, les ressorts et la portée de la contestation des statistiques publiques dans plusieurs domaines (chiffres du chômage, hausse des prix, pauvreté immigration) tandis que Benjamin Lemoine, prenant une étude de cas, s’est penché sur la médiatisation de la controverse autour du chiffrage des programmes politiques lors de la campagne présidentielle 2007.

Cette séance a permis de mieux comprendre la difficulté à combiner deux formes de légitimité inhérente à la statistique publique : celle de l’État et celle de la science, et de comprendre comment le noyau de la controverse, ici, portait moins sur l’interprétation des données statistiques que sur la définition des indicateurs utilisés et les méthodes de mesure. Or la dimension de ce débat d’expert tend à échapper aux publics des médias généralistes et illustre une nouvelle fois les limites de la médiatisation des controverses.