Avec Marcello Vitali-Rosati, Université de Montréal et Xavier-Laurent Salvador, Université Paris 13 (discutant).

Jeudi 15 mars 2018, 10h à 12h

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 « Les Gobelins »

Inscription auprès de Suzanne Dumouchel

 
Séminaire Épistémologies et pratiques des humanités numériques

Une API pour l’Anthologie grecque : repenser le Codex Palatinus à l’époque du numérique

 
15 mars 2018, 10h à 12h, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Épistémologies et pratiques des humanités numériques 2018

 

Résumé

Dans la foulée des avancées récentes réalisées dans les ’digital classics’, nous avons mis sur pied une plateforme web consacrée à l’Anthologie Palatine.

L’ancêtre de l’Anthologie, La couronne de Méléagre, est le produit de la culture hellénistique, qui à notre sens préfigure la culture numérique par son souci envers la conservation, l’analyse et la classification des œuvres. Dès ses plus anciennes versions, l’Anthologie fut réalisée suivant certains principes organisationnels, qui furent modifiés par les compilateurs successifs. Elle fait partie de ces textes, parvenus via la tradition des manuscrits médiévaux, qui comportent des annotations marginales de toutes sortes : gloses, titres, noms des auteurs des poèmes, paraphrases, commentaires littéraires, ou simples signes diacritiques, fournissant diverses informations sur le texte aux lecteurs anciens. Les notes de toutes sortes qui se trouvent aujourd’hui sous forme de scholies dans le manuscrit portent les traces des nombreux remaniements qu’a subis la collection au cours des siècles. À l’instar des marqueurs hypertextuels, ces scholies permettent de forcer l’ordre linéaire du manuscrit en proposant des classements spontanés non linéaires : renvois aux poèmes du même auteur, ajout de mot­-clés décrivant le poème (nom du destinataire, thème, etc.).

Notre édition de l’Anthologie essaie de rendre compte de ces caractéristiques ’hypertextuelles’ embryonnaires dans le manuscrit, qui sont réalisées pleinement grâce aux technologies numériques.

Intervenants

Marcello Vitali-Rosati est professeur agrégé de Littérature et culture numérique au Département des littératures de langue française où il enseigne depuis 2012. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques.
Après avoir étudié la philosophie à l’Université de Pise et publié une première monographie sur Emmanuel Levinas, il a obtenu un doctorat en philosophie (Pise / Paris IV-Sorbonne, 2006). Sa thèse (Corps et virtuel. Itinéraires à partir de Merleau-Ponty, publiée chez L’Harmattan, Paris, 2009) portait sur le concept de virtuel, notion à laquelle est également dédié son essai S’orienter dans le virtuel (Hermann, Paris, 2012). Son dernier ouvrage, Égarements, amour mort et identités numériques (Hermann, Paris, 2014), explore la question identitaire telle qu’elle se pose à l’ère d’internet.
Il a enseigné à l’Université pour étrangers de Pérouse (Italie) et dans des écoles d’art et de technologie à Paris.
Il mène une réflexion philosophique sur les enjeux des technologies numériques : la notion d’identité virtuelle, le concept d’auteur à l’ère d’Internet, et les formes de production, publication et diffusion des contenus en ligne.

– Maître de conférences à l’Université Paris 13, Xavier-Laurent Salvador est agrégé de Lettres modernes, habilité à diriger des recherches et travaille principalement sur les questions de texte, langue et discours dans une perspective ouverte aux humanités numériques.