Avec Paul-Laurent Assoun, psychanalyste, professeur à l’Université Paris Diderot.

13 octobre 2017, 10h à 12h

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 « Les Gobelins »

→ Inscription et renseignements auprès de cristina.lindenmeyer@cnrs.fr

 
Séminaire Le corps augmenté et ses symptômes

Médecine de l’avenir et avenir de la psychanalyse : la prophétie de Jacques Lacan

 
13 octobre 2017, 10h à 12h, ISCC

Accueil > Recherche > Séminaires réguliers > Le corps augmenté et ses symptômes

 

En 1966, Jacques Lacan fait une intervention devant le Collège de médecine de la Salpêtrière pour lui adresser une question fondamentale : qu’est-ce que le médecin, confronté à l’évolution sociale de la pratique médicale, devenu « agent distributeur » du « ticket de bienfait », a fait de son acte ? Il n’hésite pas à en appeler à Galien et à l’idéal de la figure médicale pour marquer, lui médecin et analyste, la question du lien entre entrée dans l’ère de la scientificité et « changement de la fonction du médecin », mutation symbolique de son « personnage ». Cela amène à reconsidérer la « demande au médecin » et la question de la « jouissance » dans son lien aux pratiques du corps.

Notre propos est, en partant de cette description en son genre « prophétique », de faire le point, un demi siècle après, sur le sens de cette indexation de la médecine au « laboratoire », pour en profiler l’avenir et la posture de la psychanalyse. Façon aussi d’en saisir les enjeux anthropologiques considérables : en ce sens le paradigme de l’homme augmenté et du corps prothétisé s’est greffé, via l’idéologie transhumaniste, sur un certain idéal de scientificité socialisée, dont elle est à la fois le parasite et l’expression. Nous sommes passés des « poumons d’acier » évoqués par Lacan dans ce texte à la toute-puissance de la prothèse.

On en voit l’enjeu : le destin prospectif de la médecine fait miroir à la psychanalyse, sur l’avenir de laquelle il est loisible de s’interroger. On procèdera à une relecture de « Psychanalyse et médecine » et de son diagnostic pour en présenter la mise à jour, façon de relancer la réflexion clinique, anthropologique et transdisciplinaire de ce séminaire.

Paul-Laurent Assoun est psychanalyste et professeur à l’Université Paris Diderot. Ses recherches portent sur l’anthropologie psychanalytique et les cliniques du corps.