Crédits photo : “Red Meat and Poultry”, National Cancer Institute’s Visuals Online (États-Unis), domaine public.

Mercredi 26 avril 2017, 17h à 19h

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 « Les Gobelins »

Contact : gilles.fumey@gmail.com

 
Séminaire Penser l’alimentation de demain

Quelles viandes dans les assiettes de demain ?

 
26 avril 2017, 17h à 19h, ISCC

Accueil > Recherche > Séminaires réguliers > Penser l’alimentation de demain

 

Anne-Hélène Delavigne est ethnologue et membre du Food 2.0 LAB. Ses travaux de recherche portent notamment sur la « filière viande », sur le statut des animaux et sur les « savoir-faire » liés à leur transformation en viande de boucherie.

Résumé

Comment analyser le rapport actuel à la viande ? Quels sont les changements majeurs des pratiques et des représentations associés à la viande aujourd’hui ? Les polémiques actuelles autour de l’alimentation carnée (et plus largement des produits animaux) nous renseignent sur ce que signifie se nourrir aujourd’hui. Les statistiques nous montrent un déclin constant de la place qu’occupe la viande dans les habitudes alimentaires des français, rappelant le caractère fondamentalement dynamique des modes d’alimentation, tant à l’échelle longue, sur laquelle travaillent les historiens, qu’à l’échelle des itinéraires de vie qui intéressent les anthropologues de l’alimentation.

Pour comprendre ces changements des comportements alimentaires et les incitations au changement aujourd’hui très médiatisées autour du végétarisme, il faut revenir sur les représentations de la viande, prises dans un système alimentaire lui-même en mutation. Plus généralement, ce qui est en jeu dans les sociétés urbaines contemporaines : l’accessibilité de cet aliment (ses modes de production au sens large) mais également les préoccupations de santé (qualité des aliments), les modes de vie et un nouveau rapport à l’environnement. L’analyse des assiettes des consommateurs, des systèmes de production et d’approvisionnement permet également d’ouvrir la perspective à des données qui ne sont pas purement françaises et mieux comprendre la nature des controverses les plus récentes autour de la viande.