Crédits photo : Jing, image sous licence CC0 Transfert dans le domaine public, disponible sur Pixabay.

Ce colloque est organisé par le pôle Alimentation, risques et santé de l’ISCC.

Vendredi 14 octobre 2016, 9h30 à 17h

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 « Les Gobelins »

Inscription auprès de gilles.fumey@cnrs.fr. Le nombre de places étant limité, l’inscription est impérative.

 
JPEG - 27.7 ko
Crédits photo : Biswarup Ganguly, « Œuf de poule sans coquille », 2010, image sous licence GNU Free Documentation (GFDL) disponible sur Wikimedia Commons.
JPEG - 75 ko
Crédits photo : Pierpeter, « Monsieur le Reblochon », 2016, image sous licence CC BY 2.0, disponible sur Flickr.
JPEG - 93.8 ko
Crédits photo : Dr. David Midgley, University of Sydney (Australia), "Ascomycetes", image sous licence CC BY-SA 2.5, disponible sur Wikimedia Commons.
Colloque ISCC

Nature, bio. Des idées qui changent le monde

 
14 octobre 2016, 9h30 à 17h, ISCC

Accueil > Recherche > Rencontres scientifiques

 

Programme

9h30 – Gilles Fumey, géographe, « Aller à la racine de la bio »

De quoi parle-t-on exactement lorsqu’on manipule les termes de nature et de bio dans l’alimentation ? On pourrait penser la question réglée par l’évidence d’usages courants. Or, le message ne cesse de se brouiller et depuis l’invention de la Nature, on tourne autour d’une idée qui refait surface à chaque grande crise. Hier, c’est-à-dire avant la Première guerre mondiale avec R. Steiner (Assouly). Aujourd’hui et demain, avec la Californie qui veut réinventer une alimentation en phase avec des idéaux inspirés de la Nature (Delerins) ?

10h – Olivier Assouly, philosophe, « Nous, la biodynamie et Steiner »

Aujourd’hui, l’évocation du nom de Rudolph Steiner est moins signifiante que la « biodynamie » ou, dans son sillage, l’avènement de pratiques, au cours du 20e siècle, liées à une agriculture dite biologique. De fait, les agriculteurs – essentiellement des vignerons – qui opèrent en biodynamie obtiennent des résultats spectaculaires ; gage d’efficacité sans quoi cette pratique serait réservée au cercle restreint des fervents de l’anthroposophie. Cependant, le caractère précurseur, voire prophétique, du Cours aux agriculteurs, série de conférences données dans les années 1920, dressant le tableau, plusieurs décennies avant la Révolution verte, des manquements du système actuel d’agriculture, nous permet-il de concevoir autrement les rapports de l’homme avec la nature ? Sur quelles bases et à quelles conditions ?

11h – Richard C. Delerins, anthropologue, « Génétique et "biologie synthétique" : la nature régénérée. La révolution Food 2.0 en Californie »

L’arrivée de la microbiologie dans l’ère de la génomique au milieu des années 1990, a permis de repenser l’alimentation à l’échelle moléculaire et cellulaire. Très récemment, génomique et microbiologie ont franchi une étape décisive avec l’avènement de la « biologie synthétique » et de la méthodologie dite « CRISPR/Cas9 » qui permet d’« éditer » de l’ADN à la manière d’un logiciel de traitement de texte. Entre naturel et artificiel, les barrières s’effacent. L’imaginaire culinaire et l’innovation alimentaire n’échappent pas à ce mouvement de reconstruction des aliments sur leur base moléculaire. Dans l’alimentation, de nombreux projets en biologie synthétique sont développés par des startups de la Food tech. Le vivant devient de l’information. Et l’information peut se matérialiser dans des formes vivantes déjà existantes ou nouvelles. Plus que jamais, « Food is information ». Mais la Nature en est-elle pour autant régénérée ?

12h30 – Buffet

13h30 – Les clés intellectuelles, culturelles et politiques du développement de la bio en France

Table-ronde avec trois acteurs de la Bio en France. Le débat est piloté par le Food 2.0 LAB.

Gilles Pérole
Adjoint au Maire de Mouans-Sartoux (06), conseiller communautaire du Pays de Grasse, vice-président du Club des villes et territoires cyclables.

Didier Peréol
Président de l’Agence Bio, a fondé Nature Vivante (aujourd’hui appelée Fondation Ekibio).
 PDG du Groupe Ekibio, (neuf sociétés et 200 salariés) qui met la responsabilité sociale et environnementale (RSE) au centre de ses priorités (locaux écologiques, énergies renouvelables, cantine bio, commerce équitable, etc.).

Stéphane Veyrat
Président de l’association Un plus Bio (2002) pour favoriser l’introduction d’une alimentation biologique et durable en restauration collective. L’association se veut pionnière dans le développement de systèmes alimentaires au service du développement des territoires.

16h à 17h – Controverses sur la bio : Science, Nature, un faux débat ?

Avec Gilles Fumey et Christophe Lavelle, biophysicien (CNRS, Muséum national d’histoire naturelle et ISCC).

Pointant les controverses sur l’environnement, la santé des producteurs et des mangeurs, nous évoquons toutes les contradictions, les incompréhensions, les blocages et menons un état des lieux sur les enjeux du débat sur la bio en France et dans le monde. Sans complaisance, le débat permet de comprendre comment se créent les positions de part et d’autre, comment elles ont stérilisé l’économie de la bio, comment les verrous sautent ou non. Et quel avenir se dessine pour la bio dans la prochaine décennie.