Avec Émilien Schultz, doctorant au Gemass, ATER, Université Paris-Sorbonne.

Le séminaire de recherche est ouvert à tout public. L’inscription auprès de Christine Barats est souhaitable.

Jeudi 7 avril 2016, 10h à 12h

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 ou bus 27, 47, 83, 91, « Les Gobelins »

 
Séminaire Questionner l’évaluation dans l’ESR

Dire son impact. Les discours de subjectivation des agences de financement sur leur action

 
7 avril 2016, 10h à 12h, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Questionner l’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche

 

Résumé

L’ambition de cette intervention est de questionner la production des discours sur l’impact des politiques scientifiques. Plutôt que de nous intéresser aux débats entre spécialistes sur les choix techniques et conceptuels à retenir, on portera attention aux manières dont s’exprime la connaissance sur l’impact des politiques scientifiques et à sa mise en relation avec l’identité d’un certain type d’opérateurs de politiques scientifiques, en l’occurrence les agences de financement. Le constat de départ est celui de l’hétérogénéité des discours tant au niveau des différentes directives exprimées dans différents rapports que dans les travaux académiques sur le sujet. Nous faisons l’hypothèse que cette hétérogénéité discursive tient au statut même de la notion d’impact, qui renvoie à une volonté de connaître la relation causale entre une action et le système de recherche. Or ce type de production de connaissance est intrinsèquement dérangeant tant que règne l’absence de définition consensuelle. Les organisations confrontées à produire de telles analyses ne convergent donc pas vers une solution mais sont amenées au contraire à gérer cette dimension dérangeante de l’injonction qui leur est faite. La thèse que l’on cherchera à défendre est la suivante : la production de connaissance sur l’impact des actions des agences de financement relève d’une catégorie similaire à ce que Rayner (2012) appelle les savoirs dérangeants, qu’on qualifiera ici de "production dérangeante de savoirs". Confrontées au manque de définition de ce à quoi correspond l’impact, les agences développent différentes stratégies pour prendre en charge cette injonction. Ces stratégies peuvent être analysées en fonction de leur positionnement historique et fonctionnel dans leur système de recherche et saisies à travers les techniques dont se dotent les organisations. Pour développer cette thèse, on s’appuiera sur différents terrains (analyse de la littérature académique et secondaire, analyse de discours tenus par les agences, enquête auprès d’agences de financement, recherche-action au sein d’une agence française) pour dégager les différents régimes de vérité de production de ces énoncés sur l’impact.