Avec Bernhard Nievergelt, Center for Higher Education and Science Studies CHESS, Université de Zurich.

Le séminaire de recherche est ouvert à tout public. L’inscription auprès de Christine Barats est souhaitable.

Jeudi 12 novembre 2015, 14h à 16h

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 ou bus 27, 47, 83, 91, « Les Gobelins »

 
Séminaire Questionner l’évaluation dans l’ESR

Évaluer la recherche et l’enseignement supérieur dans un pays riche, petit et fédéraliste – le cas suisse

 
12 novembre 2015, 14h à 16h, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Questionner l’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche

 

Résumé

Pour comprendre l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur en Suisse, il faut rappeler l’absence d’une recherche publique à l’extérieur des universités, représentées en France par le CNRS et autres grandes organisations de recherche ou en Allemagne par le Max Planck Gesellschaft (MPG). Enseignement et recherche se retrouvant dans le seul système de l’enseignement supérieur, l’évaluation par les autorités suisses est assurée par une seule agence d’accréditation et d’assurance qualité (AAQ). Sa mission est de garantir et de favoriser la qualité de l’enseignement et de la recherche dans les établissements d’enseignement supérieur suisses. Cette agence procède à une méta-évaluation du système d’assurance qualité, tandis que chaque université organise l’évaluation de la recherche et de l’enseignement pour elle-même.

Nous présenterons le dispositif suisse d’évaluation et discuterons la problématique d’une activité peu acceptée par l’espace académique, développée en Suisse de manière hésitante par les universités, dans un contexte immédiat épargné par les compressions budgétaires. Les sujets suivants seront traités : l’activité de l’AAQ sur le plan national ; l’évaluation à l’interne d’une université (le cas de l’université de Zurich) ; le refus des instruments d’évaluation suisses, mais l’orientation vers des accréditations internationales de haute renommée (le cas de l’université de St-Gall) et le programme « mesurer la performance de la recherche en sciences humaines et sociales » comme activités transversales de la conférence des recteurs.