Matthieu Latapy est directeur de recherche CNRS au Lip6 (UMR 7606 UPMC/CNRS). Francesca Musiani est chargée de recherche CNRS à l’ISCC.

 

Modélisation des interactions temporelles (MIT)

 
Coordinateurs scientifiques : Matthieu Latapy et Francesca Musiani

English français

Accueil > Recherche > Pôles de recherche

 

Contacts entre individus, échanges d’informations, transactions commerciales, ou mobilités de personnes ou d’objets : étudier la structure et la dynamique des interactions revêt souvent un caractère crucial pour la compréhension de ces phénomènes et leurs nombreuses applications.

On peut par exemple analyser les controverses en termes d’interactions particulières pendant un temps donné ; étudier les collaborations scientifiques, leur évolution, et l’émergence de nouveaux domaines ; caractériser des stratégies de communication par des motifs temporels et structurels. Il existe aujourd’hui une grande variété de méthodes pour ce faire, dépendant du domaine, de l’application visée, de l’objet, ou encore des habitudes disciplinaires.

Ces différentes approches cohabitent et se font concurrence, tout en ne répondant encore que de façon très partielle aux besoins scientifiques et applicatifs.

L’objectif de ce pôle est de confronter les différentes façons de modéliser les interactions temporelles, issues des différentes disciplines concernées, notamment de façon transversale entre sciences dures et SHS. Nous espérons ainsi faire progresser notre compréhension globale de ces objets, identifier de grands familles d’approches, faire converger des propositions compatibles, et diffuser les meilleures pratiques, dans un esprit de grande ouverture interdisciplinaire.

Nous sommes particulièrement ouverts à la participation de personnes intéressées par des cas d’études spécifiques.

Le pôle se structure autour d’une matinée mensuelle de travail à l’ISCC, comportant notamment un exposé scientifique, une discussion sur les récentes avancées des participants, les directions de recherche à développer, etc. La participation est libre.

Projet de recherche

RESISTIC, 2018-2020

Les résistants du Net. Critiques et contournements des frontières digitales en Russie

Agence nationale de la recherche (ANR), co-coordination de l’axe 1, « Les luttes expertes pour les libertés en ligne ».

NEXTLEAP, 2016-2018

Next generation Techno-social and Legal Encryption Access and Privacy

L’objectif du projet NEXTLEAP est de contribuer à la création de la « science internet » interdisciplinaire de base nécessaire à la création de protocoles techniques décentralisés, sûrs et protecteurs des droits des utilisateurs, qui puissent sous-tendre les plateformes numériques de prochaine génération. NEXTLEAP s’attaque à ce défi scientifique mais aussi à un challenge sociétal : accompagner utilisateurs et institutions dans l’adoption de plateformes numériques open source, décentralisées et respectueuses de la vie privée, alors qu’on assiste actuellement à la domination d’une poignée de géants centralisés basés sur le cloud, et à une surveillance pervasive qui fonctionne au détriment du droit, des droits, et de la souveraineté technologique.

Financement : H2020 Multidisciplinary research on collective awareness platforms (CAPS) Internet Science, 2016-2018.

Membres institutionnels du projet : Inria, IMDEA Software, University College London (UCL), CNRS, Institut de recherche et d’innovation (Iri), Merlinux.

Francesca Musiani est responsable du Work Package “Social Design and Philosophical Foundations of Decentralization”. Le rôle de l’ISCC portera sur des aspects de sociologie de l’innovation (notamment la relation entre développeurs et utilisateurs pionniers) et sur le rapport entre gouvernance d’internet et dynamiques de décentralisation.

Membres du pôle

- Christophe Cambier, Ummisco, IRD et UPMC
- Clémence Magnien, Lip6, CNRS et UPMC
- Lionel Tabourier, Lip6, CNRS et UPMC
- Fabien Tarissan, Lip6, CNRS et UPMC
- Raphaël Fournier, Cédric, Cnam
- Bertrand Jouve, Framespa CNRS et Université de Toulouse 2