Crédits image : Samuel Goyet, « Capture d’écran du logiciel éducatif Prisméo en cours de plantage », 16 avril 2015.

Mercredi 13 mai 2015, 9h30 à 17h30

Institut des sciences de la communication
CNRS / Paris-Sorbonne / UPMC
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 « Les Gobelins »

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Contacts et inscriptions auprès de Étienne Candel ou Samuel Goyet.

 
Journée d’étude

Approcher les écrits d’écran, récits de recherche

 
13 mai 2015, 9h30 à 17h30, ISCC

Accueil > Recherche > Rencontres scientifiques

 

Présentation

Le Collectif de recherche sur les écrits d’écran (CRÉÉ) propose de revenir sur une trentaine d’années de recherches consacrées à l’approche de la nature textuelle et écrite des médias informatisés.

Initiée à la rencontre des études littéraires et du champ sémiologique d’une part, et de la création graphique ou éditoriale et de l’informatique d’autre part, la construction de la notion d’écrit d’écran s’est historiquement imposée comme une nécessité dans l’avancée conceptuelle et disciplinaire de la recherche.

Aujourd’hui portée par un certain nombre de chercheurs et de laboratoires en sciences de l’information et de la communication, cette thématique articulée autour d’une théorie de l’écriture continue de questionner les usages sociaux du numérique et les conceptions dominantes de l’innovation. Elle engage aussi la position des chercheurs impliqués eux-mêmes dans une activité scriptoriale, auctoriale et éditoriale tributaire de ses médiations et de ses matérialités.

Cette entreprise pionnière s’est faite à la croisée de corps de métiers, de pratiques professionnelles et de champs intellectuels divers. Revenir sur ce mouvement de recherche, c’est inviter à un point de vue rétrospectif et narratif sur le développement de ces notions et leur appréhension par ses acteurs.

À l’occasion de cette journée, le CRÉÉ réunit donc les témoins d’une histoire qui va du Minitel aux écrans mobiles pour retrouver, à travers le récit et le témoignage, les rencontres, les rapprochements heuristiques et les hybridations disciplinaires à l’œuvre dans le déploiement de ces questionnements actuels.

Pré-programme

Matin

Présentation par Adeline Wrona et Pascal Griset, directeur de l’ISCC

Introduction par Étienne Candel et Emmanuël Souchier

Joanna Pommian, « Récit de recherche autour du programme Cattleya »

Yves Jeanneret, « Au carrefour des écrits d’écran »

Après-midi

Atelier collectif : Autour du CD-ROM Prisméo (1996)

Alain Giffard, « Le devenir projet des écrits d’écran »

Laure Friedmann , « La part graphique du vidéotex »

Emmanuël Souchier, « Pourquoi l’écrit d’écran ? »

Discussions et perspectives animées par Gustavo Gomez-Mejia et Samuel Goyet

Synthèse de la journée

Couvrant de façon rétrospective une trentaine d’années de recherche, du Minitel et du Vidéotex jusqu’aux écrans contemporains, la journée a mis en présence cinq intervenants ayant participé aux premiers temps des recherches sur les écrits d’écran. Créateurs, praticiens et chercheurs venus des études littéraires, de la sémiologie, de la création graphique et éditoriale ont pu échanger et ont raconté leur participation à cette construction conceptuelle. La journée a également été l’occasion d’un atelier collectif de réflexion autour de la démonstration d’un CD-ROM conçu avec des chercheurs en 1996. Les interventions ont permis de montrer l’organisation du travail sur les machines informatisées dans le cas de l’intelligence artificielle appliquée à la critique littéraire (Joanna Pomian, projet Cattleya, 1985) et dans le cas de la création graphique sur Minitel (Laure Friedmann, Verlaine sur vidéotex, 1984). Les diapositives prises à l’époque ont été commentées afin de faire ressortir les modalités d’affichage et d’animation des écrans ; le statut de ces textes informatisés a permis de soulever des perspectives générales sur la façon dont les concepts s’affinent dans leur application à ces textes spécifiques que sont les écrits numériques.

Les témoignages d’Alain Giffard et Yves Jeanneret ont précisé les conditions humaines, mais aussi et surtout institutionnelles, politiques et industrielles qui ont présidé aux rencontres et à l’émergence de projets. Ils ont été complétés par l’intervention d’Emmanuël Souchier, revenant sur les moments fondamentaux des avancées conceptuelles dans le domaine. Ces récits de rencontres et ces dialogues ancrés dans une approche plus anecdotique et (auto)biographique de la recherche ont permis notamment de souligner l’importance du cadre social dans l’émergence de recherches innovantes. Il a été décidé que l’effort et le travail déployés pendant cette journée seraient prolongés, notamment à travers un projet de colloque avec les différentes parties prenantes de la recherche sur les écrits d’écran.

Un compte rendu de la journée est disponible sur le site de la revue France graphique, présente à cet événement.