Cette séance accueille Thomas Le Roux, chargé de recherche au CNRS (Centre de recherches historiques, CNRS-EHESS).

Jeudi 5 février 2015, 17h à 19h

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 « Les Gobelins »

 
Séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation

Gérer les risques à un âge de fortes mutations industrielles, 1750-1850

 
5 février 2015, 17h à 19h, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Histoire des sciences, histoire de l’innovation > 2014/2015

 

Résumé

Entre 1750 et 1850, l’industrialisation apporte de nouvelles nuisances dans les sociétés de l’Europe occidentale, en particulier des pollutions et nuisances dont l’émergence rapide impose de nouvelles régulations. En Grande-Bretagne, les procédures de gestion du risque par la justice s’articulent facilement, au moins depuis 1750, à des recours aux changements techniques. Dans l’Europe continentale, à l’action traditionnelle de la police dans l’espace public se substitue progressivement une expertise scientifique adossée à une action administrative, qui aboutit en France à une loi, en 1810, qui ouvre la voie à l’innovation comme moyen de régulation. Qu’il s’agisse de la lutte contre les fumées industrielles ou la prévention des explosions (poudreries, usines à gaz, machines à vapeur), la norme de sécurité remplace les anciens dispositifs d’éloignement topographique du risque. Le mode de régulation administrée s’accommode fort bien du libéralisme et protège l’investissement capitalistique, sous la houlette d’une science attachée au progrès de la civilisation matérielle, et au prix d’une acceptation progressive des pollutions et risques industriels.