Institut des sciences de la communication
CNRS / Paris-Sorbonne / UPMC

Février 2015

 

ÉDITORIAL

Depuis sa création en 2007, l’Institut des sciences de la communication est un lieu de rencontre, fédérant des chercheurs issus des communautés des sciences humaines et sociales et des sciences formelles et de la nature, mais aussi des acteurs de la société civile (décideurs, médias, associations, etc.), autour des enjeux de communication situés à la frontière entre science, technologie et société.

Devenu en janvier 2014 une unité mixte (CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC), il permet aux initiatives de plusieurs équipes de recherche issues de laboratoires de la communauté d’universités et d’établissements Sorbonne Universités de converger autour de pôles dont les problématiques, les terrains et les objets concernent les questions de communication à l’interface entre science, technologie et société.

2015 renforcera l’inscription de l’ISCC au sein de Sorbonne Universités. Adossé à une équipe technique disponible et très qualifiée, il y développera les problématiques « communication, science, société », autour de thématiques fortes, structurées par des pôles de recherche interdisciplinaires.

Trois grands colloques marqueront l’année : avec Décider ensemble et l’Institut des hautes études pour la science et la technologie (IHEST), sera étudié le rôle des technologies dans la construction des territoires. Avec l’Association des journalistes scientifiques de la presse d’information, les mutations du journalisme scientifique confronté aux nouvelles pratiques numériques. Enfin, avec l’ANR WEB 90 portée par l’ISCC, trois journées seront consacrées aux Temps et temporalités du Web.

Mais c’est quotidiennement qu’une recherche en prise avec les questions les plus cruciales pour notre société se déploie. L’ISCC a ainsi accueilli en 2014 plus de 500 réunions scientifiques, ateliers de travail et séminaires ou colloques. Organisés par ses pôles de recherche ou bien par ses partenaires, ces temps de recherche, d’échange, de confrontation et d’organisation ont tous concerné les thématiques portées par l’institut. Cette vitalité conforte son rôle de cluster interdisciplinaire au sein de Sorbonne Universités et au-delà.

Parmi ces manifestations, le Séminaire de l’ISCC tient, tous les premiers mardis du mois, une place toute particulière, centré sur des communications reflétant les avancées les plus récentes de la recherche. Une assistance composée d’universitaires et d’étudiants, mais également de journalistes et de professionnels, permet de discuter de manière ouverte et sereine les questions clefs du temps présent.

Grâce au soutien constant de la présidence du CNRS, auquel il est directement rattaché, l’ISCC a pu développer ses activités de manière innovante. Soucieux de répondre désormais aux critères les plus exigeants d’évaluation de ses travaux, il a répondu – avec succès – aux appels d’offres de Sorbonne Universités et de l’ANR. Sur ces bases fortes, il lui revient maintenant de devenir un acteur reconnu de l’interdisciplinarité au sein de Sorbonne Universités. L’accueil et les premiers soutiens de ses nouvelles tutelles, Paris-Sorbonne et UPMC, sont à cet égard les meilleurs encouragements.

En vous souhaitant une bonne lecture et une année riche de rencontres scientifiques.

Pascal Griset, directeur de l’ISCC

LES TEMPS FORTS DE 2014

JPEG - 39.6 ko
Crédits photo : ISCC.

COLLOQUE
Les patients dans l’écosystème de santé. Enjeux d’information et questions de communication
1er décembre 2014 (Palais du Luxembourg), 2 décembre 2014 (ISCC)

Co-organisé avec le Groupe de réflexion avec les associations de malades de l’Inserm, sous le haut patronage des ministres de la Santé et de la Recherche.

La première journée au Palais du Luxembourg a permis de confronter différentes postures, celle du chercheur, celle du praticien et celle du patient, représenté par différentes associations de malades. Les travaux, poursuivis le 2 décembre à l’ISCC sous forme d’ateliers, ont permis d’approfondir les échanges tenus la veille pour dresser des pistes de travail :

- Favoriser la participation des associations de patients lors du démarrage des projets de recherche.
- Mettre en place des dispositifs destinés à mieux préparer la communauté des chercheurs à l’exigence d’implication des associations de patients dans les appels à projets.
- Développer des actions pour favoriser les relations entre les deux communautés, associative et recherche.
- Sensibiliser les communautés à la pluralité et aux articulations entre les deux extrêmes de l’evidence based medecine et des savoirs-patients.
- Prendre en compte la migration des populations et la diversité des conditions socio-économiques des usagers de santé.
- Investir dans le développement de formations initiales et continues à l’interprétariat dans le milieu hospitalier.
- Promouvoir une approche intégrée de l’interface professionnels de santé et patients qui articule traduction-médiation-culture.

JPEG - 20.6 ko
Crédits photo : ISCC.

JOURNÉE D’ÉTUDE
L’humain augmenté face à son imaginaire technique
9 décembre 2014, ISCC

Cette journée d’étude, organisée par le pôle de recherche Santé connectée et humain augmenté de l’ISCC, en partenariat avec le Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication (Gripic, Université Paris-Sorbonne), avait pour objet les imaginaires qui se déploient dans, et à partir de, la notion d’« humain augmenté ». Elle s’inscrivait notamment dans la continuité d’une série de travaux initiés en 2010 à l’institut sur la notion d’humain augmenté et, en particulier, sur le projet de Partenariat institutions-citoyens pour la recherche et l’innovation (Picri) intitulé « Agénésie : des corps incomplets ? » porté par l’ISCC, le Centre de recherches psychanalyse, médecine, société (CRPMS, Université Paris-Diderot) et l’Association d’aide et de défense des personnes concernées par l’agénésie (Assedea) et soutenu par la région Île-de-France sur la période 2014-2016.

Trois sessions ont permis d’aborder les thématiques de l’androïde comme miroir imaginaire de l’humain, l’imaginaire du corps plastique et l’imaginaire moderne du transhumanisme. Cette rencontre a également été placée sous le signe de l’interdisciplinarité avec des intervenants venus de plusieurs champs scientifiques (philosophie, robotique, sociologie, anthropologie, SIC), et même de la transdisciplinarité grâce à la participation de l’auteur de science-fiction Alain Damasio, qui a présenté son concept de « très-humain » comme alternative au transhumain. Des actes seront extraits de la journée. La publication est prévue courant 2015.

ACTUALITÉS DES PÔLES DE RECHERCHE

JPEG - 40.5 ko
Crédits photo : 逃逃隐身, « Cultures en terrasse, Nanjianyan, Chine », 2010, œuvre du domaine public, disponible sur Wikipédia.

GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE ET CONTROVERSES SOCIOTECHNIQUES
Séminaire Gouverner le vivant. Savoirs, cultures et politiques de la biodiversité
Le séminaire interdisciplinaire Gouverner le vivant explore la diversité des dispositifs que mettent en place les sociétés humaines pour gouverner le vivant, du gène à la biosphère. La biodiversité, comme façon de définir le bon usage de la nature, est tout à la fois objet de savoirs et de pouvoir, dans des contextes culturels qui déterminent en partie les représentations qui y sont associées.
L’intérêt de ce séminaire est d’éclairer l’objet biodiversité depuis les perspectives de disciplines différentes, de l’histoire et l’épistémologie des sciences à l’économie, en passant par l’anthropologie, la sociologie et les sciences politiques. On s’intéressera aux façons de se représenter, de connaître et de manipuler le vivant, aux dynamiques de socialisation et de politisation de la biodiversité, ainsi qu’aux rapports complexes que celle-ci entretient avec l’économie de marché.
Prochaines séances
6 mars 2015, 10h30 à 12h30, ISCC
« Mobiliser les sciences de gestion pour évaluer les politiques d’environnement : la biodiversité est-elle soluble dans la négociation ? Exemple de la lutte contre la déforestation »
13 mars 2015, 10h30 à 12h30, ISCC
« Cueilleurs et activité de cueillette commerciale de plantes aromatiques et médicinales en France face à la normalisation et la certification »
Contact : Jean Foyer
Actualités du pôle

JPEG - 11.9 ko
Crédits image : © Damas Froissart, autorisation spéciale.

DYNAMIQUES DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE, ORGANISATIONS, COMMUNICATION ET ÉVALUATION
Séminaire Questionner l’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche
L’objectif de ce séminaire est d’analyser le vaste écosystème de l’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche, en portant attention :
a) aux acteurs, aux institutions et aux instruments de l’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche ;
b) aux conditions de production d’évaluations analysées en situation ;
c) à la circulation, à l’usage et à la distribution des évaluations au sein et entre les différentes communautés du secteur ;
d) et aux effets des instruments d’évaluation.
Les séances ont généralement lieu le jeudi, de 9h30 à 11h30 à l’ISCC. Le calendrier complet, les résumés et les enregistrements audio des séances sont disponibles ici.
Prochaines séances
5 mars 2015, 9h30 à 11h30, ISCC
« Évaluer les enseignants-chercheurs : histoire d’une procédure », Emmanuelle Picard, Maîtresse de conférences, École normale supérieure de Lyon, chercheuse au Larhra.
7 mai 2015, 9h30 à 11h30, ISCC
« Pour une sociologie critique des dispositifs d’évaluation des enseignants-chercheurs », Sandrine Garcia, professeure, Université de Bourgogne, chercheuse à l’Iredu.
Contact : Julie Bouchard
Actualités du pôle

JPEG - 31.6 ko
Crédits image : illustration (fig.526) tirée de Gustave Gaujot, Arsenal de la chirurgie contemporaine, vol. 2, 1867, p. 81.

SANTÉ CONNECTÉE ET HUMAIN AUGMENTÉ
Projet Picri « Agénésie : des corps incomplets ? »
Ce projet a pour objectif d’étudier l’agénésie (absence de formation d’un membre pendant la vie intra-utérine) à travers la vie des personnes qui en sont atteintes (les agénésiques) en mobilisant les sciences de l’information de la communication, la psychanalyse, l’anthropologie, la philosophie, la robotique et la neuroimagerie.
Il s’agit d’un projet partenarial, porté conjointement par des institutions de recherche et une association. Il intègre donc une forte dimension sociétale et applicative, et vise à l’amélioration générale de la vie et de la prise en charge de ce type de handicap. Maxime Derian, post-doctorant à l’ISCC jusqu’en décembre 2014, et Véra Savvaki, doctorante au CRPMS jusqu’en décembre 2016, ont réalisé des séries d’entretiens anthropologiques et psychanalytiques qui seront exploités prochainement dans une publication.
Contacts : Édouard Kleinpeter et Jean-Michel Besnier
Actualités du pôle

JPEG - 59 ko
Crédits photo : Pil, “Green computing”, 5 septembre 2011, licence CC BY-NC-ND 2.0, disponible sur Flickr.

RISQUES, EXPERTISE, INNOVATION
Informatique et environnement
Dans le cadre du projet « Informatique et environnement » financé par le programme Convergence de Sorbonne Universités, Laura Maxim a participé à l’organisation du séminaire international Computing and environment, qui a eu lieu à Banyuls-sur-Mer les 2 et 3 octobre 2014. Le projet, coordonné par Christophe Lécuyer (Atelier Sciences-Histoire-Cité, UPMC) permet des recherches exploratoires sur les relations entre informatique et environnement, le long de trois axes : informatique et énergie ; informatique et pollution ; et utilisation d’outils informatiques dans le sciences de l’environnement.
Laura Maxim et Mélanie Dulong de Rosnay co-encadrent Tristan Berger pour une thèse en droit intitulée L’accès à l’information en matière d’expertise sanitaire et environnementale : le cas des OGM, des médicaments et des substances chimiques.
Contact : Laura Maxim
Actualités du pôle

JPEG - 48.5 ko
Crédits photo : Dr. Avishai Teicher, “The Internet Messenger by Buky Schwartz”, licence CC BY 2.5, disponible sur Wikimedia Commons.

GOUVERNANCE DE L’INFORMATION ET DES COMMUNS
Dans le cadre du pôle, Mélanie Dulong de Rosnay, chercheuse invitée à la London School of Economics and Political Science (LSE), a publié un working paper intitulé “Peer-To-Peer Law. Distribution as a Design Principle for Law” dans la série du département Media & Communications.
Dans le prolongement du workshop Alternative Internet(s) organisé en septembre à la LSE avec le soutien de l’ISCC et du PEPS Riscom, elle coordonne avec Francesca Musiani, Alison Powell et Panayotis Antoniadis une série de billets sur le blog du Media Policy Project.
Le 28 novembre 2014, Mélanie Dulong de Rosnay a présidé le panel “Destruction, power, freedom : exploring the Dark Web” lors du Web We Want Festival au Southbank Center. Et dans le cadre des activités européennes, elle a organisé le 29 novembre 2014 l’assemblée générale de Communia, l’association pour le domaine public dont elle a présidé le conseil d’administration jusqu’ici.
Les LAPSI Licensing guidelines qu’elle a rédigées avec Prodromos Tsiavos ont été révisées pour finaliser le projet européen LAPSI sur les aspects juridiques des informations du secteur public. Enfin, le projet P2Pvalue duquel elle coordonne le travail juridique a reçu une évaluation très positive lors du review meeting de première année le 15 décembre 2014.
Les travaux de la Commission de réflexion et de propositions sur le droit et les libertés à l’âge du numérique de l’Assemblée nationale entrent dans le vif du sujet. Les comptes-rendus des séances d’automne, qui ont traité de sujets tels que la neutralité du net, Internet bien commun, l’économie numérique, la gouvernance de l’Internet, sont maintenant disponibles en ligne ici et la Commission devrait rendre son rapport d’étape début février.
Contact : Mélanie Dulong de Rosnay
Actualités du pôle

JPEG - 16.1 ko
Crédits image : Lucie Baratte, « Crapotine – Lettering for the ebook », licence CC BY-NC-SA 2.0, disponible sur Flickr.

ÉCRITURES ET NUMÉRIQUE
La collaboration entre le Gripic et l’ISCC

Équipe d’accueil en sciences de l’information et de la communication du Celsa, Université Paris Sorbonne, le Gripic (Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication) renforce ses liens scientifiques avec l’ISCC. Il a dans cette perspective installé au sein de l’institut un pôle de recherche intitulé Écritures et numérique, qui se donne pour objectif d’animer des recherches collaboratives autour de l’évolution des « écrits d’écran ». À cela s’ajoutent d’autres formes de collaborations, certaines poursuivant des dynamiques engagées depuis plusieurs années : il s’agit notamment de programmes de recherches interdisciplinaires, soutenus par l’ISCC dans le cadre de ses appels à projet (Food risk, 2014-2015, sur la dimension communicationnelle des risques alimentaires, Jourdain, 2012-2013, sur les enjeux engagés par la question des données dans le domaine journalistique).
Contacts : Adeline Wrona et Étienne Candel
Actualités du pôle

TRAJECTOIRES DU NUMÉRIQUE
Le projet ANR Web90 : Flash back
Le pôle Trajectoires du numérique étudie la relation des sociétés au numérique dans le temps long, autour de deux axes principaux :
- Histoire(s) et patrimoine(s) du numérique
- Environnements numériques
Le projet ANR Web90 s’inscrit dans le premier axe. Sur quels acteurs l’adoption et la généralisation du Web s’est-elle appuyée en France ? Comment est né le marché de l’accès et de la consultation (fournisseurs de services, hébergeurs de contenus, attribution des noms de domaine, etc.) ? Sous quelle forme la co-construction souvent mise en avant de l’Internet et du Web par l’offre et les usages s’est-elle manifestée et quelle place y a occupé la puissance publique ? Que représente côté utilisateur la navigation dans la Toile durant la décennie 1990 ? Autant de questions auxquelles le projet Patrimoine, Mémoires et Histoire du Web dans les années 1990 se propose d’apporter des réponses.

JPEG - 37.2 ko
Crédits image : Simon « Gee » Giraudot, « Le web a 25 ans », licence CC BY-SA 2.0 FR, disponible sur le blog Le Geektionnerd.

Outre une recherche historique qui permettra de préserver des sources orales et écrites et d’apporter des avancée dans l’histoire du Web, le projet WEB90, porté par Valérie Schafer et soutenu par l’Agence nationale de la recherche pour trois ans, permettra d’explorer les enjeux épistémologiques, méthodologiques et scientifiques que posent les archives du Web (droits, interactivité, méthodes d’analyse, constitution de corpus, etc). Sa mise en œuvre est répartie en trois tâches scientifiques (auxquelles s’ajoutent des actions de valorisation et coordination).
La première a pour objectif de contextualiser l’Internet et le Web français tant sur le plan des équipements, des tarifs ou de l’offre de contenus que sur le plan politique (régulation, débats publics, etc.) ou encore technique (évolution des débits, formats, etc.).
La seconde, « L’expérience du Web » plonge au cœur des pratiques, en étudiant le Web des professionnels (offre de services, usages en entreprises), la question des identités numériques (profils des utilisateurs, noms de domaine, anonymat, etc.), ou encore la navigation dans la Toile des années 1990 (annuaires, guides, etc.).
La tâche 3, « Les enjeux du patrimoine nativement numérique et des archives du Web » est davantage d’ordre méthodologique et épistémologique et s’intéressera en particulier aux méthodes d’analyse des groupes de discussion et des archives du Web de la décennie 90 par les chercheurs.
Pour mener à bien ces tâches aux enjeux pluridisciplinaires, ce projet ANR Jeune Chercheur s’appuie sur une équipe de 8 chercheurs et enseignants-chercheurs (Mélanie Dulong de Rosnay, Fanny Georges, Hervé Le Crosnier, Louise Merzeau, Francesca Musiani, Camille Paloque-Berges, Valérie Schafer, Benjamin G. Thierry) qui mêle des compétences en histoire, en SIC, notamment en sémiologie, en sociologie de l’innovation, en informatique et en droit.
Le carnet de recherche Web90 ouvert depuis quelques semaines rendra compte de l’avancée de la recherche et vous pouvez joindre l’équipe à web90-at-cnrs.fr.
Celle-ci vous donne notamment rendez-vous à l’Institut des sciences de la communication le lundi 11 mai 2015 pour une journée d’étude intitulée Attention(s) aux internautes ! Des pop-up à l’économie de l’attention, du nommage aux profils, de la naissance du Web au traces post-mortem co-organisée avec les séminaires Identités numériques et Histoires de l’internet de l’ISCC et l’ANR ENEID portée par Fanny Georges.
Contacts : Valérie Schafer et Fanny Georges
Actualités du pôle

JPEG - 24.7 ko
Crédits image : NASA, “Light pollution in Europe, 2002”, œuvre du domaine public, disponible sur Wikipédia.

L’EUROPE COMME PRODUIT DE LA CIVILISATION : L’EUROPE DES FLUX
Le pôle a concentré son activité sur l’organisation et l’animation du séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation, en collaboration avec l’équipe d’histoire des sciences de l’université Pierre et Marie Curie. Ce séminaire annuel comporte vingt interventions recouvrant les divers axes du pôle, en histoire des sciences, des communications, de l’énergie et de la mobilité. Il est très régulièrement suivi par un public important d’étudiants de master 1 et 2 ainsi que par des collègues français et étrangers de diverses institutions. Le programme est arrêté jusqu’à la mi-avril.
L’année 2014 s’est conclue le 12 décembre par une journée d’étude permettant de faire un point sur l’historiographie européenne des flux. Cette journée ouverte à tous les chercheurs et doctorants de l’UMR Irice a permis de faire découvrir les derniers travaux de ce champ disciplinaire à une communauté plus large d’historiens.
Séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation
12 février 2015, 17h à 19h, ISCC
Anna Åberg (Cercec/MSH), « Fusion nucléaire et utopie d’une énergie sans fin : la coopération transnationale autour du projet ITER »
5 mars 2015, 17h à 19h, ISCC
Loïc Petitgirard (Cnam), « L’informatique au Cnam depuis 1950 »
Contact : Arielle Haakenstad
Actualités du pôle

JPEG - 24 ko
Crédits image : Roger McLassus, « Ondes de surface sur de l’eau », licence CC BY-SA 3.0, disponible sur Wikimedia Commons.

ALIMENTATION, RISQUES ET SANTÉ
Projet Riscom – Programme Corail
Le pôle a ouvert une première tranche de recherches autour de deux grands thèmes (financés, en partie, par le PEPS Riscom) : la perception par le public des risques liés aux consommations (eau en France, produits contaminés au Japon) et la construction du couple confiance/défiance par une étude sur le rôle des couleurs des aliments.
Cinq temps forts ont marqué ce semestre :
1) Une matinée d’étude, Déboires de boire..., organisée le 11 septembre 2014 à l’ISCC, a pointé les risques de l’eau de boisson perçus par les consommateurs en France et en Chine. Un état des lieux dans le monde et des campagnes de sensibilisation a pu être réalisé.
2) Les mêmes organisateurs, Nicole d’Almeida et François Allard-Huver (Gripic-EA 1498 Celsa), ont présenté le 8 décembre 2014 avec Élizabeth Gardère le numéro 45 de la revue Communication & organisation, intitulé Risques mineurs, changements majeurs, abordant les questions de la construction de la sécurité à partir de nouvelles perceptions.
3) La perception comparée des risques alimentaires (Japon, Chine, France) a donné lieu à un symposium (organisé par Gilles Fumey et Nicolas Baumert avec ENeC-UMR 8185 et MFJ) à Tokyo le 12 décembre 2014 permettant de montrer que les réponses aux angoisses sur l’alimentation sont moins universelles que locales, construites par des imaginaires qui prennent en compte autant les questions propres de sécurité sanitaire que les problématiques politiques (notamment depuis l’accident de Fukushima au Japon, mais aussi en France après le scandale de la viande de cheval).

JPEG - 44.7 ko
Crédits photo : Faizal Sugi, “Cupcakes”, 2014, œuvre du domaine public sous licence CC0 1.0 Universal, disponible sur Pixabay.

4) Le 18 décembre 2014 a eu lieu une table ronde du programme Corail (Confiance, risque alimentaire, innovation et législation), organisée par l’équipe Alimentation (LEA EA 6294, université de Tours, dirigée par Jean-Pierre Williot) et l’ISCC, autour du rapport que la couleur des aliments engendre comme confiance/défiance. Elle a associé des industriels (Centre français de la Couleur, Mc Cain, Fédération des charcutiers-traiteurs) et des spécialistes de plusieurs approches (marketing, droit de l’alimentation, sémiologie, physico-chimie de la nutrition, physico-chimie du sensoriel, anthropologie, histoire contemporaine).
5) Le pôle a reçu le 8 décembre 2014 Priscilla Ferguson (Columbia University) pour un entretien sur la gastronomie française vue des États-Unis, qui a permis de comprendre comment le discours gastronomique engendre des formes d’assurance et de réassurance permettant de répondre à toutes les perceptions de risques. L’idée d’excellence se mêle à celle de la ringardise mais l’ensemble fait partie d’un mythe qui inspire de nombreux développements aux États-Unis.
Le projet Riscom a permis d’additionner plusieurs résultats. Une collecte de sources a été réalisée dans plusieurs fonds documentaires (BNF, musée de la Publicité, bibliothèque de l’IEHCA). Plusieurs entretiens ont été réalisés auprès d’experts ou de spécialistes de la couleur dans des contextes donnés (Pôle innovation de la Fédération des charcutiers-traiteurs à Paris, Odela à Barcelone, École hôtelière de Lausanne, Agrosup Dijon, Festival culinaire de Torun en Pologne) pour mettre en perspective des analyses comparatives de l’interprétation des couleurs dans l’espace alimentaire. Des collaborations ont été développées avec plusieurs collègues de disciplines différentes des SHS (sciences de l’information et de la communication, droit, sémiologie, physico-chimie de la nutrition, physico-chimie du sensoriel) et des anthropologues (Barcelone, Tours). La collaboration avec des industriels et ces scientifiques de plusieurs disciplines dans une perspective de recherche transdisciplinaire a abouti dans la tenue de deux réunions.
Ces différentes activités ont permis de préparer la constitution d’un réseau thématique de recherche pluridisciplinaire dont l’agenda est désormais à concevoir pour proposer une réponse à appel à projets ou la mise en œuvre d’une recherche collaborative avec les industries alimentaires. Le réseau rassemble les sites universitaires suivants : Pôle alimentation de Tours, Ensaia de Nancy, Institut Lasalle Beauvais, Faculté de droit de l’université Paris 11. D’autre part, la collecte de connaissances réalisée grâce au financement de ce projet ouvre la possibilité de poursuivre l’enquête par une série d’entretiens enregistrés ou filmés auprès de grands acteurs développant la problématique de la couleur comme vecteur de confiance/défiance.
Séminaire Penser l’alimentation de demain
19 mars 2015, 17h, ISCC
« Le succès de la cuisine japonaise dans le monde », Nicolas Baumert, géographe à l’Université de Nagoya.
3 avril 2015, 14h, ISCC
« Problématiques de recherche en sciences sociales sur les industries agroalimentaires », Olivier Assouly, philosophe, essayiste et Alain Drouart, historien au CNRS
Contact : Gilles Fumey
Actualités du pôle

JPEG - 32.1 ko
Crédits photo : « Pierre et Marie Curie », auteur et date inconnus, licence CC BY 4.0, disponible sur Wikimedia Commons.

ATELIER SCIENCES - HISTOIRE - CITÉ (ASHiC)
Fondé en 2008, l’Atelier Sciences - Histoire - Cité a pour vocation de réunir les chercheurs de l’université Pierre et Marie Curie qui effectuent des recherches sur les rapports entre sciences et société, dans une perspective qui est principalement historique, mais aussi ouverte aux approches philosophique et sociologique. Il s’agit pour une université de recherche intensive comme l’UPMC de disposer de moyens permettant de susciter, de développer et d’entretenir un regard réflexif, critique et rigoureux sur l’activité scientifique et sa place dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui.
L’originalité principale de cet atelier est de travailler au plus près des chercheurs scientifiques de l’UPMC, la plupart des participants à l’ASHiC étant eux-mêmes membres de laboratoires scientifiques (Institut de mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche, Laboratoire d’informatique de Paris 6, Observatoire des sciences de l’univers Ecce Terra, en autres) et enseignants dans les licences scientifiques. L’ASHiC développe aussi des enseignements spécifiques à l’UPMC, en particulier différents parcours de la mineure SHS (histoire et philosophie des sciences et des techniques ou gestion).
Les travaux de recherches de l’ASHiC sont susceptibles de concerner le développement des sciences mathématiques, de l’informatique et de l’électronique, des sciences de l’environnement et des sciences du vivant, de l’Antiquité à nos jours. Les chercheurs de l’ASHiC s’intéressent aussi aux problèmes fondamentaux historiques, philosophiques et sociaux que posent ces développements et aux techniques qui sont en prise avec eux.
Les axes de recherches développés au sein de l’ASHiC concernent actuellement les questions suivantes :
- le renouveau du geste encyclopédique à l’âge des humanités numériques ;
- les rapports entre sciences et guerre à diverses époques ;
- l’histoire des institutions d’enseignement supérieur à Paris et, en particulier, l’histoire scientifique du campus de Jussieu ;
- les relations entre les technologies numériques et l’environnement, que ce soit en termes de pollution, de consommation d’énergie ou de la conception de l’environnement ;
- certains contextes historiques et philosophiques d’élaboration des théories scientifiques, en particulier des questions relatives à la systématique, au réductionnisme, à la modélisation dans les sciences ou encore les liens entre philosophie et mathématiques dans l’Antiquité grecque.
Contact : David Aubin
Actualités du pôle

ILS REJOIGNENT L’ISCC

Francesca Musiani
Francesca Musiani rejoint l’ISCC en tant que chargée de recherche, ses travaux portent sur la gouvernance de l’Internet, dans une perspective interdisciplinaire qui puise notamment dans les sciences de l’information et de la communication et les Science and technology studies (STS). Depuis 2008, ces recherches explorent l’approche distribuée et décentralisée de l’architecture technique des services Internet, dans le but de comprendre ce que ces architectures dessinent du point de vue de l’articulation des acteurs et des contenus, de la répartition de responsabilités, de l’organisation du marché et de la capacité à exercer du contrôle. Ces travaux ont jusqu’ici fait l’objet d’une thèse de doctorat (2008-12, Mines ParisTech, Prix Informatique et Libertés 2013 de la Cnil).

Mohamed Oubenal
Mohamed Oubenal est en mission postdoctorale, financée par la DGRI, pour la mise en place d’outils de cartographies dynamiques de la blogosphère et d’une veille technoscientifique de la presse autour de controverses scientifiques.
Docteur en sociologie, Université Paris-Dauphine, il étudie les controverses, les méthodes d’analyse des réseaux, le rôle des experts, la sociologie économique ou encore les Innovations financières.

Dongwon JO (Corée du Sud)
Depuis le 19 décembre 2014, Dongwon Jo, chercheur sud-coréen, lauréat du programme Research in Paris 2014, est à l’ISCC. Il fait partie des 37 post-doctorants dont la candidature a été retenue par la Mairie de Paris. Il travaillera avec Valérie Schafer à une comparaison du développement du Web et de l’Internet en France et en Corée. Analyser les trajectoires de l’innovation de ces deux pays, pour proposer une vision de l’histoire de l’Internet et du Web moins « États-Uno-centrée », contribuer à l’enrichissement de la compréhension des voies nationales au sein d’un réseau transnational, telles sont quelques-unes des ambitions de cette collaboration.

Radka Přichystalová (République tchèque)
Radka Přichystalová intègre l’ISCC dans le cadre d’une mission postdoctorale supervisée par Laura Maxim. Son travail s’inscrit dans un projet coordonné par Barbara Demeneix (CNRS/MNHN) et financé par l’appel Convergence@Sorbonne Universités, intitulé « Développement d’une méthode pour traiter les incertitudes dans l’analyse socio-économique des risques chimiques : application aux perturbateurs endocriniens ».

Catherine Radtka
Post-doctorante au Cnes, Catherine Radtka est à l’ISCC depuis septembre 2014. Docteure en Histoire (mention histoire des sciences, technologies, sociétés de l’EHESS), elle travaille actuellement sur une étude socio-historique des discours de communication et d’enseignement en matière spatiale et de leurs porteurs, des années 1940 jusqu’à nos jours.

Tristan Berger
Tristan Berger est doctorant contractuel à l’ISCC Juriste de formation interdisciplinaire (droit public, droit des affaires et science politique), il a été diplômé à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Sa thèse porte sur « l’accès à l’information en matière d’expertise sanitaire et environnementale » et est encadrée par Laura Maxim et Mélanie Dulong de Rosnay et dirigée par Christine Noiville.

PUBLICATIONS

Voir la liste complète des publications de l’ISCC

OUVRAGES

Nains sans géants. Architecture décentralisée et services Internet
Francesca Musiani
Presses des Mines, 2015, 272 pages
Cette deuxième édition est une version mise à jour de l’ouvrage dérivé de la thèse de Francesca Musiani, centrée sur des problématiques autour des données personnelles. Elle est le résultat du 5e Prix Informatique et Libertés de la Cnil qui lui a été attribué début 2014. Lire

 

La médiatisation de l’évaluation
Julie Bouchard, Étienne Candel, Hélène Cardy, Gustavo Gomez-Mejia (dir.)
Peter Lang, 2015, 322 pages
Comment l’espace médiatique (presse, télé, web) façonne-t-il la définition et l’attribution de valeurs pour des entités de toutes sortes ? Au moment où abondent les instruments d’évaluation fondés sur la quantification des indicateurs aux classements (...), ce livre entend éclairer les logiques, les processus et les discours médiatiques à l’œuvre dans la production, la circulation et la publicisation de l’évaluation. Lire

 

Désastres Urbains. Les villes meurent aussi
Thierry Paquot
La Découverte, 2015, 211 pages
Grands ensembles, centres commerciaux, gratte-ciel, gated communities et « grands projets » sont les principaux dispositifs architecturalo-urbanistiques qui accompagnent l’accélération de l’urbanisation partout dans le monde. Emblématiques de la société productiviste et construits au nom du « progrès » et de la « marche de l’histoire », ces désastres urbains n’ont en réalité comme seule fonction que de rentabiliser des territoires désincarnés et interconnectés. Lire

 

L’Atlas global
Gilles Fumey, Christian Grataloup (dir.), avec la collaboration de Patrick Boucheron
Les Arènes, 2014, 150 pages
L’Atlas global est un essai en images, conçu par une équipe de vingt-six historiens et géographes de renom. En soixante cartes et infographies inédites, ils nous racontent comment l’Occident s’est vu (parfois à tort) au centre du monde et pourquoi, au tournant du xxie siècle, les cartes du pouvoir ont été rebattues. Lire

 

ARTICLES ET CHAPITRES D’OUVRAGES

Jean Foyer, Christophe Bonneuil, « La bioseguridad mexicana : una “actuación de seriedad », Revista Mexicana de Sociologia, vol. 77, no 1, 2015, p. 37-68. Texte intégral en espagnol, disponible en anglais et en français (Hal).

Andrew L. Russell, Valérie Schafer, “In the Shadow of ARPANET and Internet : Louis Pouzin and the Cyclades Network in the 1970s”, Technology and Culture, 
vol. 55, no 4, October 2014, p. 880-907. Texte intégral.

Laura Maxim, Jeroen P. van der Sluijs, “Qualichem In Vivo : A Tool for Assessing the Quality of In Vivo Studies and Its Application for Bisphenol A”, PLOS ONE, 2014. Texte intégral.

Mélanie Dulong de Rosnay, « Propriété intellectuelle », in Divina Frau-Meigs et Alain Kiyindou (dir.), Diversité culturelle à l’ère du numérique. Glossaire critique, Paris, Commission nationale française de l’Unesco, La Documentation française, 2015, p. 250-253. Lire

ÉDITION

Le pôle éditorial de l’ISCC produit des actes de colloque, la revue internationale Hermès ainsi que deux collections d’ouvrages : « Les Essentiels d’Hermès » et « CNRS Communication » (CNRS Éditions). L’institut est également partenaire de la revue Intellectica, revue de l’Association pour la recherche cognitive ainsi que de la revue Politiques de communication.

Le journalisme scientifique dans les controverses
Gérard Arnold et Sylvestre Huet (dir.)
CNRS Éditions, collection Alpha, 2014, 154 pages
Cet ouvrage rassemble les contributions et les réflexions tirées du colloque éponyme organisé à Paris en octobre 2013, avec la participation de l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (Opecst). Lire

 

Revue Hermès

no 70 – Le xxe siècle saisi par la communication
Vol. 1 : Les révolutions de l’expression

Bernard Valade et Éric Letonturier (dir.)
Ce premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique, jusqu’aux ruptures qu’offre Internet... Lire

 

Les Essentiels d’Hermès

Ville, architecture et communication
Thierry Paquot (dir.)
CNRS Éditions, octobre 2014, format poche
La presse naît en ville. Elle diffuse, contredit ou confirme les « rumeurs » et consacre le « fait divers » comme expression de l’ordinaire urbain. Les radios, les télévisions, le Net amplifient cette exploration de la vie citadine en temps réel, tandis que les jeux vidéo permettent à chacun d’imaginer sa ville et d’en être le maître ! Lire

Cultures de l’information
Vincent Liquète (dir.)
CNRS Éditions, octobre 2014, format poche
Nous sommes aujourd’hui confrontés à une inflation d’informations que l’essor des techniques d’information et de communication rend disponibles à chacun d’entre nous. Mais qu’en faisons-nous au juste ? Ne faut-il pas posséder des compétences et des savoirs particuliers pour accéder à l’information et apprécier sa valeur ? Lire

Politiques sécuritaires et surveillance numérique
Pierre-Antoine Chardel (dir.)
CNRS Éditions, octobre 2014, format poche
Les politiques sécuritaires sont aujourd’hui amplement privilégiées dans l’organisation de nos sociétés. Au nom de la lutte anti-terroriste, on voit se mettre en place des formes de surveillance de plus en plus sophistiquées. Par la traçabilité que les technologies numériques rendent possible (celle des puces RFID ou des multiples objets connectés), nous sommes susceptibles d’être surveillés dans la plupart des moments de notre vie. Lire

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

Séminaire de l’ISCC

Le Séminaire de l’ISCC est axé sur les sciences de la communication, les industries et l’ingénierie des connaissances, le développement des controverses et le rôle de l’expertise scientifique, l’épistémologie comparée et, plus largement, les rapports entre sciences, technologies et société. Cette rencontre est ouverte aux chercheurs, enseignants, étudiants, journalistes et professionnels.

2 mars 2015, 17h à 19h, ISCC
« Le sentiment de soi, histoire de la perception du corps »
Georges Vigarello, directeur d’études à l’EHESS, membre de l’Institut universitaire de France. Ancien Président du conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France.

13 avril 2015, 17h à 19h, ISCC
« Production, reproduction, coproduction : le façonnage délicat des données publiques »
Jérôme Denis, maître de conférences en sociologie au département Sciences économiques et sociales de Télécom ParisTech, et membre de l’Institut interdisciplinaire de l’innovation (UMR CNRS 9217).

Inscription : leseminaire-at-iscc.cnrs.fr

Débat-Conférence

12 mai 2015
L’ISCC, espace de dialogue science/société
Avec Étienne Klein, physicien, directeur de recherche au CEA, docteur en philosophie des sciences, professeur à l’École Centrale de Paris et directeur du Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du CEA (LARSIM) et Gérard Berry, lauréat 2014 de la médaille d’or du CNRS, titulaire de la première chaire du Collège de France consacrée à l’informatique, directeur de recherche à l’Inria.
Lieu : ISCC

Colloques 2015

18 juin 2015
Journalisme scientifique et pratiques numériques, quelles mutations ?
Avec l’Association des journalistes scientifiques de la presse d’information (AJSPI)
Lieu : ISCC
Contact : etienne.candel-at-celsa.paris-sorbonne.fr

26 et 27 juin 2015
La communication politique des nouveaux populismes
Avec le Ceccopop
Lieu : ISCC
Contact : maarek-at-numericable.fr

12 et 16 octobre 2015
Cosmopolitisme et sociétés plurielles
Lieu : ISCC
Avec le Gemass
Contact : vcicchelli-at-msh-paris.fr

5 novembre 2015
Débattre des technologies : un enjeu territorial ?
Colloque organisé par l’IHEST, l’ISCC et Décider ensemble
Lieu : 101 rue de l’Université, 75007 Paris
Contact : christine.barats-at-parisdescartes.fr

1er, 2 et 3 décembre 2015
Temps et temporalités du Web
Lieu : ISCC
Contact : valerie.schafer-at-cnrs.fr
Voir l’appel à communication ouvert jusqu’au 10 mai 2015

11 et 12 décembre 2015
L’Humain et ses prothèses : savoirs et pratiques du corps transformé
Lieu : Amphithéâtre Buffon, Université Paris-Diderot
Contact : edouard.kleinpeter-at-cnrs.fr


Lettre d’information
Édition : ISCC, direction de la communication
communicationISCC-at-cnrs.fr

La loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés s’applique aux informations transmises. Elle garantit un droit d’accès et de rectification pour les données vous concernant à exercer auprès de la direction de la communication.

Institut des sciences de la communication, 20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris
www.iscc.cnrs.fr / @ISCC_info