Crédits image : copie d’écran de l’application OpenCycleMap.org, © Thunderforest (carte), © OpenStreetMap contributors (données).

Lundi 13 avril 2015, 17h à 19h

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 « Les Gobelins »

Inscription à leseminaire@iscc.cnrs.fr

 
Séminaire de l’ISCC

Production, reproduction, coproduction : le façonnage délicat des données publiques

 
13 avril 2015, 17h à 19h, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Séminaire de l’ISCC > 2014/2015

 

Résumé

Qu’elles concernent le développement des villes, le management de l’innovation, l’organisation de la démocratie, la gestion des entreprises ou encore le renouvellement de la pratique journalistique, les données sont aujourd’hui au cœur de la vie publique. Présentées comme des ressources quasi naturelles, ce sont surtout les promesses que représentent leurs usages et leurs traitements qui sont mises en avant, associées aux nombreuses injonctions qui invitent à renforcer leur mise à disposition et leur circulation, qui seraient la clef de profondes transformations politiques, scientifiques et économiques. C’est ce que résume le mantra « We want raw data ! » que Tim Berners-Lee a fait scander par le public de sa célèbre conférence TED en 2009.

Les différentes postures qui font des données une ressource devenue essentielle à nos démocraties techniques partent d’un postulat simple : les institutions publiques disposent de grandes quantités de données dont la « libération » pourrait s’effectuer à coût quasi nul. Mais que sait-on de ces données publiques exactement, et plus encore des conditions de leur production et de leurs usages initiaux ? Leur circulation est-elle une affaire si simple ?

Pour répondre à ces questions, je reviendrai d’abord sur ce que les Science and Technology Studies nous ont appris à propos des données scientifiques pour rappeler que les celles-ci ne sont ni fluides par « nature » ni pré-interprétatives : leur circulation provoque des frictions, et elles sont toujours ancrées dans des problématiques spécifiques, calibrées, déjà orientées. Leur partage et leur diffusion ne sont donc jamais des opérations complètement transparentes. Je présenterai ensuite une enquête menée à propos des données de cyclabilité de la ville de Paris et de la communauté d’agglomération Nantes Métropole. En partant du cas d’une start-up qui développe un service de calcul d’itinéraire cyclable en ligne, je soulignerai les difficultés que représente la diffusion telle quelle des données métier et, à l’inverse, la richesse des pratiques de production de données des contributeurs bénévoles de la plateforme OpenStreetMap sur laquelle s’appuie l’entreprise. Plutôt qu’une ressource déjà-là, cette communication montrera ainsi l’intérêt de penser les données publiques — leur existence même et leur circulation — comme le résultat d’un travail de (re)production au périmètre plus ou moins ouvert.

Intervenants

- Jérôme Denis est maître de conférences en sociologie au département Sciences économiques et sociales de Télécom ParisTech et membre de l’Institut interdisciplinaire de l’innovation (UMR CNRS 9217). Ses recherches prennent place au croisement des Science and Technolgy Studies, de l’anthropologie de l’écrit et de la sociologie pragmatique du travail. Elles visent à souligner l’épaisseur pratique et politique des infrastructures informationnelles qui sont le socle, généralement invisible, des sociétés contemporaines. Il a notamment publié avec David Pontille en 2010 Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux du métro (Presses des Mines) et dirigé en 2012, toujours avec David Pontille, un numéro spécial de la Revue d’anthropologie des connaissances intitulé Les petites mains de la société de l’information (vol. 6, no 1]). Tous deux animent avec Didier Torny le blog www.scriptopolis.fr.

- Discutante : Francesca Musiani, sociologue, chargée de recherche CNRS à l’ISCC.