Vendredi 29 mai 2015, 10h30 à 12h30

Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)
Salle d’entomologie
Rez-de-chaussée, 1ère porte à droite
45 rue Buffon, Paris 5e
Métro « Gare d’Austerlitz »

 
Séminaire Gouverner le vivant

Sortir du constructivisme pour penser l’environnement ?

 
29 mai 2015, 10h30 à 12h30, MNHN

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Gouverner le vivant

 

Résumé

La matérialité de la crise écologique questionne les paradigmes constructivistes des sciences humaines et sociales, qui privilégient traditionnellement l’analyse des représentations de la nature et de l’environnement. Depuis les années 1970, plusieurs courants des SHS ont initié une remise en cause de l’étanchéité entre sciences sociales et sciences de la vie, en faisant de l’environnement un élément majeur de renouvellement épistémologique – l’éthique environnementale, l’histoire environnementale, l’économie écologique, la sociologie environnementale, la political ecology, etc. Mais jusqu’où prendre en compte la matérialité écologique dans les études en SHS, et comment penser l’impact d’une telle approche dans l’analyse des processus politiques ? À partir d’une relecture des propositions philosophiques de Günther Anders sur la matérialité de la bombe atomique, cette séance propose des pistes pour une approche matérialiste de la crise écologique et de ses implications pour les logiques démocratiques.

Intervenant

- Bruno Villalba, politiste, AgroParisTech

Discutant

- Pierre Charbonnier, philosophe, CNRS-EHESS