Jeudi 7 mai 2015, 10h30 à 12h30

Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)
Salle d’entomologie
Rez-de-chaussée, 1ère porte à droite
45 rue Buffon, Paris 5e
Métro « Gare d’Austerlitz »

La séance sera en anglais.

 
Séminaire Gouverner le vivant

Plus productif, plus pur, moins diversifié. Une anthropologie historique du modernisme génétique du xxe siècle

 
7 mai 2015, 10h30 à 12h30, MNHN

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Gouverner le vivant

 

Résumé

De Vavilov aux révolutions vertes, des lignées pures de Johannsen au soja round-up ready, de la loi nazie de 1934 sur les semences à la quête de la vache moderne sous la ve République, le xxee siècle aura été marqué par un vaste mouvement de « modernisation » de l’agriculture basé sur la standardisation et l’optimisation du vivant selon des logiques de rationalisation industrielle (pureté, standardisation, division du travail, substitution d’énergie fossile au travail et au vivant, économie d’échelle, propriété intellectuelle) pour lesquelles la biodiversité agricole était un obstacle à la production moderne. À l’heure de la reconnaissance des services écosystémiques rendus par l’agrobiodiversité, mais aussi de persistance des logiques de standardisation, il est utile de prendre un recul sur ce que fut le modernisme génétique du xxee siècle.

Intervenants

- Tiago Saraiva, professeur à la Drexel University, Philadelphie, États-Unis
- Jozef Visser, chercheur honoraire à l’Université de Wageningen, Pays-Bas

Tiago Saraiva travaille depuis dix ans sur recherches et les politiques agricoles et alimentaires menées par les généticiens dans trois régimes fascistes (Allemagne nazie, Italie mussolinienne, Portugal). Son livre à paraître, Fascist Pigs : Genetics, Industrialized Organisms, and the Building of Fascism, explore la place centrale de l’industrialisation du vivant dans l’histoire du fascisme.

Jozef Visser est auteur de Down to Earth. A historical-sociological analysis of the rise and fall of ’industrial’ agriculture and of the prospects for the re-rooting of agriculture from the factory to the local farmer and ecology (2010). Ses recherches explorent la diversité des voies de recherche sur le vivant et les sols qui ont été marginalisées par le modèle « engrais de synthèse-génétique moderne ».

Discutant

- Christophe Bonneuil, Centre Koyré, CNRS