Vendredi 6 mars 2015, 10h30 à 12h30

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro « Les Gobelins »

 
Séminaire Gouverner le vivant

Mobiliser les sciences de gestion pour évaluer les politiques d’environnement : la biodiversité est-elle soluble dans la négociation ? Exemple de la lutte contre la déforestation

 
6 mars 2015, 10h30 à 12h30, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Gouverner le vivant

 

Résumé

En première lecture, lutter contre la déforestation permet de coupler les réponses aux enjeux de climat et de biodiversité. Cependant, lorsque l’on étend les politiques d’atténuation des changements climatiques au stockage de carbone, et donc potentiellement à la plantation d’essences à croissance rapide, les synergies peuvent disparaître. Le programme REDD+ a été pensé pour répondre à cet enjeu, mais est-il à même de conjointement réduire la déforestation tropicale et de conserver la biodiversité ? L’approche choisie pour aborder ces questions s’inscrit dans les sciences de gestion. Celles-ci permettent d’une part de prendre au sérieux l’objectif d’efficacité environnementale, et d’autre part d’analyser finement les négociations entre acteurs au sein de dispositifs de gestion environnementale : qui souhaite agir en faveur de l’environnement et quelles sont leurs marges de manœuvre ?

Dans la mise en œuvre des programmes internationaux de lutte contre la déforestation, de nombreux dispositifs d’évaluation sont sensés contrôler que les décisions prises contribuent bien à l’atteinte des objectifs. Ces évaluations sont-elles réellement efficaces, c’est à dire contribuent-elles réellement à accroître l’impact environnemental du programme conjointement en terme de climat et de biodiversité ? Dans le cas qui sera présenté, les analysent montrent que d’un processus rationnel pour atteindre des objectifs donnés, l’évaluation glisse progressivement vers un processus politique négocié où les objectifs procéduraux viennent supplanter les objectifs substantiels.

Intervenante

- Karine Belna, doctorante, Centre international de recherche
sur l’environnement et le développement (Cired)

Discutante

- Vera Ehrenstein, doctorante, Centre de sociologie de l’innovation (CSI) et Université de Londres