Alain Beltran est directeur de recherche au CNRS, Sirice UMR 8138

Mél. : beltran-at-univ-paris1.fr

 

L’Europe comme produit de la civilisation matérielle : flux, transitions, crises

 
Responsable : Alain Beltran

English Español français

Accueil > Recherche > Pôles de recherche

 

L’Union européenne se définit comme un espace de « flux libres » des personnes, des marchandises, des services et des capitaux. Mais ces flux eux-mêmes sont structurés par des réseaux et des régimes divers (matériellement comme institutionnellement), ils se chevauchent et croisent des flux nationaux, régionaux et mondiaux. Il est par conséquent nécessaire d’appréhender l’Europe comme une succession de configurations de l’espace relevant de dynamiques anciennes et toujours actives de décomposition – recomposition et d’analyser ces dynamiques, mais aussi les structurations successives qu’elles produisent et les interconnexions qui les relient.

L’objectif du pôle est par conséquent d’aborder les flux à travers leurs formes matérielles, leurs régimes de gouvernance, mais aussi les savoirs et les risques qu’ils génèrent.

Ses chercheurs se concentrent sur trois secteurs importants et leurs interfaces. Ils étudient la manière dont la circulation des énergies et des matières premières, la mobilité des marchands, des marchandises, des consommateurs et des citoyens, ainsi que les réseaux de communication ont façonné l’espace européen.

L’énergie est analysée en tant que déterminant des espaces successifs de la civilisation matérielle et des formes de la vie sociale (penser, travailler, se déplacer, communiquer, consommer). Les modèles successifs et leurs transitions sont ainsi étudiés dans leurs effets d’ensemble, notamment politiques, du fait des tensions qu’induit à toutes les époques la gestion de ressources énergétiques toujours rares. Les débats autour de l’acceptabilité des différentes formes d’énergie, de l’acceptation sociale du risque et d’une nécessaire transition énergétique font l’objet d’une attention particulière.

L’approche en termes de mobilité porte sur les flux de personnes et marchandises en tant que supports des marchés en les analysant tant du point de vue de l’économie réelle que sous l’angle de la gestion institutionnelle et politique. Elle permet de s’intéresser au jeu des acteurs participant à la structuration des espaces économiques, qu’il s’agisse des pouvoirs publics ou d’acteurs privés mais aussi d’interroger les modalités de mise en place d’un espace économique européen prolongé par une économie-monde longtemps européenne. Ces dynamiques européennes font l’objet d’une analyse fine à travers les usagers mobiles (citoyens, consommateurs, intermédiaires) mais aussi la question de logistique et de coordination intermodale.

La communication supporte les flux de toute nature qui innervent l’espace européen, en déterminent les contours et les modes d’insertion dans le monde. Les réseaux sont donc appréhendés comme des éléments structurants de l’espace à travers l’étude de leur cartographie, des modes de vie qu’ils déterminent et de leurs modes de gouvernance. Les analyses en cours de développement sur l’internationalisme/européisme technocratiques sont mobilisées conjointement avec une attention particulière à certaines thématiques comme l’informatique européenne ; la publicité ; la gouvernance des réseaux et des normes ; les usagers et clients entre marchés et géopolitique.

Membres du pôle

  • Reynald Abad, professeur d’histoire moderne, Paris-Sorbonne
  • Alain Beltran, directeur de recherche, CNRS
  • Yves Bouvier, maître de conférences en histoire contemporaine, Paris-Sorbonne
  • Mathieu Flonneau, maître de conférences en histoire contemporaine, Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Pascal Griset, professeur d’histoire contemporaine, Paris-Sorbonne
  • Léonard Laborie, chargé de recherche, CNRS

Ce pôle est financé spécifiquement par Sirice (UMR 8138 Panthéon-Sorbonne, Paris-Sorbonne, CNRS), dans le cadre du Labex EHNE.