Gilles Fumey est professeur de géographie culturelle de l’alimentation à l’université Paris-Sorbonne.

Mél. : gilles.fumey-at-gmail.com

 

Alimentation, risques et santé

 
Responsable : Gilles Fumey

English Español français

Accueil > Recherche > Pôles de recherche

 

Le terme alimentation renvoie à ce que les SHS appellent un « fait social total » qui n’est pas un champ disciplinaire en tant que tel. De ce fait, il nécessite des approches croisées pour en saisir les mutations profondes à l’œuvre aujourd’hui dans le monde, notamment à travers le prisme sanitaire face aux risques.

Le pôle réunit pour cette première année des chercheurs en sciences de l’information et de la communication, histoire, géographie, autour de deux axes principaux :

– Information, prévention et acceptation des risques alimentaires

Dans un contexte de doute sur la qualité et la composition des aliments, la question des controverses liées à l’information du consommateur sur les risques met en question le travail des industriels, la labellisation par les pouvoirs publics et les acteurs sociaux. Comment se construisent et circulent les signes et comment se construisent les dispositifs annonciateurs de risques potentiels ?

La parole scientifique cède le pas devant les avis d’acteurs sur l’information et le guidage de la décision alimentaire issus des sphères technoscientifique (experts, chercheurs), sociopolitique (pouvoirs publics, ONG, associations consuméristes) et économique (industriels, distributeurs). L’irruption des institutions internationales (l’Onu déclarant l’obésité fléau mondial) dramatise la question.

Les controverses et les « affaires » Séralini, Findus, Bisphénol, etc. nécessitent de mettre au clair les discours informatifs, normatifs et prescriptifs à travers les dispositifs spécifiques figurant sur les produits, la communication institutionnelle, les systèmes de médiation.

En franchissant un degré supplémentaire dans les peurs alimentaires, on peut traiter le cas des Japonais confrontés aux aliments irradiés après Fukushima. La comparaison peut être édifiante dans la manière dont les sociétés construisent leur rapport à l’invisibilité de la pollution ou de la fraude dans le cas de la crise sur les plats cuisinés en France ou de la grippe aviaire à Hongkong.

– Médiation de la confiance des consommateurs : la question de l’apparence des aliments

Dans la construction des systèmes de confiance, les perceptions sensorielles, les connaissances transmises par les coutumes et les batteries de normes permettent de bâtir un appareillage cognitif qui aide à faire les choix.

L’histoire de l’alimentation montre les systèmes de régulation des fraudes, la montée des colorants artificiels, puis leur reflux.

La demande de naturalité s’exprime par le culte de l’incolore, synonyme de pureté qui renvoie à des dispositifs produits par des acteurs comme les industriels, les pouvoirs publics, les consommateurs. De la nature « naturante » (l’eau à la source) à la nature « naturée » (les produits sont reconstruits), les stratégies sont multiples pour déjouer les risques annoncés.

Membres du pôle et chercheurs associés aux activités

  • François Allard (Celsa, Gripic)
  • Nicolas Baumert (Nagoya University)
  • Michael Bruckert (Université Paris-Sorbonne)
  • Nicole D’Almeida (Celsa, Gripic)
  • Richard C. Delerins (Université de Californie, ISCC)
  • Céline Hervé-Bazin (Celsa, Gripic)
  • Gilles Fumey (Université Paris-Sorbonne)
  • Christophe Lavelle (Muséum national d’histoire naturelle, CNRS)
  • Dominique Pagès (Celsa, Gripic)
  • Pierre Raffard (Université d’Izmir, Turquie)
  • Jean-Pierre Williot (Université de Tours, IEHCA)

Activités en cours

Ce pôle organise le séminaire Penser l’alimentation de demain, dont le calendrier est disponible pour 2015.