Avec Christopher Fabre, doctorant à l’Université Paris Sorbonne (UMR Irice), chargé de mission à ERDF.

 
Histoire des sciences, histoire de l’innovation

La convergence des modèles français et allemands dans le domaine de l’énergie, 1973–2000.

 
Mardi 6 mai 2014, 17h30 à 19h30, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Histoire des sciences, histoire de l’innovation > 2013/2014

 

Résumé

Aborder les modèles énergétiques français et allemand à l’aune de leurs convergences peut paraître paradoxal, alors que l’on tend de nos jours à se focaliser sur leurs différences. C’est que l’on oublie fréquemment que les systèmes énergétiques présentent une inertie particulièrement importante. Particulièrement intensifs en capital, les cycles d’investissements s’étalent sur plusieurs dizaines d’années. Aussi la situation actuelle ne peut s’appréhender pleinement qu’en revenant près de 40 ans en arrière afin de comparer la France et l’Allemagne sur les temps longs qui correspondent aux modèles énergétiques.

Cela signifie plus précisément de revenir au premier choc pétrolier, en 1973, lorsque se sont mises en place les politiques énergétiques française et allemande qui ont déterminé dans une large mesure les mix énergétiques actuels. Il est notamment intéressant de revenir sur les différences qui existaient entre la France et l’Allemagne à cette date, tant pour comprendre les choix politiques de l’époque, que pour évaluer le chemin parcouru depuis par les deux pays.

Nous nous intéresserons plus précisément aux contraintes, perçues ou réelles, qui ont déterminé les choix des politiques énergétiques. Plusieurs éléments sont ainsi saillants, qu’il s’agisse de la hausse des prix du pétrole, des ressources nationales à disposition, de la structure centralisée ou fédérale de l’État, de la réglementation environnementale ou encore des projections de croissance du PIB et de la consommation d’énergie.

Il convient dès lors de comprendre comment ces contraintes ont déterminé l’évolution des modèles énergétiques, mais aussi d’évaluer comment ces contraintes ont pu converger au fur et à mesure du temps dans les deux pays et par la même contribuer à un rapprochement des modèles. In fine, les cycles d’innovation des systèmes énergétiques français et allemand apparaissent largement dépendants des contraintes technico-économiques au moment des décisions d’investissement. Étant donné l’importance du moteur franco-allemand, l’identification de ces contraintes devient dès lors primordiale pour l’élaboration d’une politique énergétique européenne.

L’intervention abordera donc dans un premier temps les modèles énergétiques allemand et français en 1973, puis les choix politiques réalisés entre les deux chocs pétroliers et enfin les évolutions consécutives au contrechoc pétrolier et à la réunification. Les événements postérieurs à 2000 pourront être évoqués durant la discussion.

Cet examen sera fondé sur les rapports et débats parlementaires, les rapports généraux et bulletins de la Commission européenne, les travaux des organisations internationales (AIE, OCDE, etc.), les ouvrages des contemporains, les productions d’historiens et de politologues et des articles de presse.