Cet ouvrage, préfacé par Jacques Perriault, est issu du séminaire Identités numériques organisé à l’ISCC.

 
JPEG - 38.9 ko

Identités numériques

 
Alexandre Coutant, Thomas Stenger (coord.), L’Harmattan, 2014

Accueil > Recherche > Publications

 

Les enjeux soulevés par les identités numériques sont complexes et multiples. Bien les appréhender nécessite d’être attentif non seulement aux usages des internautes mais aussi aux affordances des plateformes, terminaux et services, aux possibilités offertes en matière d’archivage et d’exploitation de données par les techniques numériques, aux stratégies des acteurs économiques, à l’encadrement juridique de ce phénomène, à la continuité entre les contextes en ligne et hors ligne. Il est aussi fondamental de replacer la multiplication de nos traces personnelles comme de nos formats de visibilité au sein du temps long de l’histoire des machines à communiquer. La variété de ces dimensions exige une approche interdisciplinaire pour constituer une véritable culture du numérique.

C’est l’objectif du séminaire Identités numériques, initié à l’Institut des sciences de la communication du CNRS en 2011. Ses six séances annuelles ont réuni chercheurs, enseignants, acteurs du numérique, militants, pouvoirs publics afin de les faire dialoguer et s’enrichir de leurs points de vue respectifs. Cet ouvrage constitue le résultat des échanges de cette première année.

Extraits

Page 5 – « Onze députés français votent le fichage de 45 millions d’honnêtes gens » pouvait-on lire sur un grand nombre de blogs consacrés à l’identité et, dans une moindre mesure, dans quelques articles de presse en juillet 2011. Une telle affirmation a en effet de quoi inquiéter. L’identité numérique constitue une préoccupation politique majeure et la source de nombreuses initiatives de la part des acteurs économiques.

Page 35 – L’identité numérique est généralement abordée sous deux angles : celui du traçage et des questions afférentes de protection des données personnelles d’une part, celui des technologies de soi, observées comme construction plus ou moins maîtrisée d’une image, d’une réputation ou d’un réseau de sociabilité d’autre part. Elle est en revanche rarement reconnue comme une dimension nouvelle du processus d’information lui-même, affectant les cadres d’élaboration et de transmission des connaissances.

Table des matières

Préface
Jacques Perriault

Introduction
Alexandre Coutant et Thomas Stenger

L’identité numérique jetable
Michel Arnaud

Les dossiers de santé informatisés, une problématique interdisciplinaire
Stéphanie Lacour

Identity commons : du marquage au partage
Louise Merzeau

À la recherche d’Identités perdues des corps numériques
Miguel Almiron

Profils utilisateurs et identités numériques : concepts et problématiques
Dieudonné Tchuente

Comprendre la construction du soi en ligne dans sa complexité par une approche « consommation » : l’application de la matérialité de Miller aux expériences des forums de la communauté Jeuxvideo.com
Alexandre Schwob

Je suis addict mais pas no-life : définition de soi et figures de la consommation numérique
Renaud Garcia-Bardidia et Jean-Philippe Nau

Avatars et profils utilisateur : des métaphores technologiques de l’image de soi. La métaphore du profil
Fanny Georges

Des outils sémantiques pour diminuer l’entropie dans les réseaux socionumériques
Ioan Roxin et Ana Roxin

De la trace à l’identité numérique : le petit monde de Twitter
Gwenaëlle Thouseau et Nicolas Pélissier

« Je sais qui tu es mais… je ne te crois pas »
États des lieux sur l’étude de la crédibilité des agents sociaux incarnés
Federico Tajariol

Crédibilité et reconnaissance dans Twitter
Jean-Paul Lafrance

Qui êtes-vous réellement ? Sur internet, personne ne sait que vous êtes un chien
Fabrice Mattatia

Les réseaux sociaux virtuels : pour une prise en compte de l’activité reliant sujet, outils et finalités. Application à l’étude des identités numériques
Bernard Quinio