Avec la participation de Sebastian Grevsmühl de l’université Pierre et Marie Curie, post-doctorant à l’Observatoire des sciences de l’Univers Ecce Terra.

 
Histoire des sciences, histoire de l’innovation

L’invention de l’environnement global

 
18 mars 2014, 17h30 à 19h30, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Histoire des sciences, histoire de l’innovation > 2013/2014

 

Résumé

Le livre présenté raconte l’invention de l’environnement global, c’est-à-dire d’un regard « d’en haut » sur la Terre qui est aujourd’hui la matrice de la culture environnementaliste dominante. Même si la notion « d’environnement global » est aujourd’hui, à l’âge du changement climatique, au centre des discours scientifiques et politiques, ce glissement sémantique de l’environnement au globe était en germe depuis longtemps. La naissance contemporaine de la conscience écologiste et des sciences saisissant la Terre dans sa globalité s’inscrit dans un mouvement de « globalisation » qui s’affirme déjà dès le xixe siècle et atteint un premier apogée au début des années 1970 lors de la conquête de l’Espace.

En mettant l’accent sur le pouvoir des images pour créer des imaginaires globaux et de nouvelles sensibilités, sur le potentiel qu’ont les métaphores pour véhiculer d’un contexte à l’autre des idéologies et des convictions politiques, ainsi que sur le rôle de l’instrumentation dans l’élaboration de nos savoirs et de nos sensibilités, l’ouvrage raconte dans toute son épaisseur historique et culturelle l’émergence d’une sensibilité nouvelle pour « l’environnement global » et la Terre entière comme objet scientifique, du xixe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Sebastian Grevsmühl est post-doctorant à l’Observatoire des sciences de l’Univers (OSU) Ecce Terra, dans le groupe de recherche The Earth Under Surveillance (TEUS), financé par le CER.