Avec la participation de Jean-Claude Barbier, sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS. Cette séance est organisée et animée par Michaël Oustinoff, professeur des universités à l’université de Nice, chercheur associé à l’ISCC.

 
Séminaire de l’ISCC

Imaginaire, langue et politique

 
4 mars 2014, 14h30 à 16h30, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Séminaire de l’ISCC > 2013/2014

 

Résumé

La recherche présentée est le résultat d’une réflexion de long terme sur l’intégration européenne, axée sur l’une des dimensions centrales des sociétés nationales en Europe aujourd’hui, la protection sociale. La réflexion sociologique se confronte, qu’elle le veuille ou non, sur le terrain empirique, à une question ignorée (au sens anglais de ignored) et plus ou moins taboue, celle des langues et, plus généralement, de la langue. Deux ouvrages liés font le point, La longue marche vers l’Europe sociale (2008, PUF) et son adaptation-traduction, The Road to Social Europe (2013, Routledge) dont le sous-titre est « A Contemporary Approach to Political Cultures and Diversity in Europe ».

Sociologie politique et science politique, c’est indispensable, opèrent une réduction, comme toutes les sciences sociales dans la stylisation de leur objet. La science politique met en avant les « idées, intérêts et institutions ». Weber s’intéresse centralement aux « visions du monde ». À côté des « idées », si l’on veut enrichir l’explication, il convient de s’occuper des valeurs collectives partagées dans les communautés politiques ; des interactions et attachements qui relient les individus et les groupes dans des liens de réciprocité et de confiance ; encore plus abstraitement, on peut donner du poids au concept proposé par Cornelius Castoriadis, d’imaginaire collectif : les peuples de l’Union européenne créent constamment des formes politiques.

Dans ces trois directions, la langue – et donc les langues – est concernée au premier chef. À partir de l’examen empirique de quelques façons dont les peuples parlent de leur protection sociale, on illustrera, à partir de quelques langues différentes l’importance contemporaine de cette question. Il faudra ensuite la situer dans un ensemble plus vaste de phénomènes qu’on propose de regrouper sous le concept de culture politique.

Jean-Claude Barbier est sociologue et directeur de recherche émérite au CNRS. Il fait partie de l’équipe ÉcoSoc au sein du Centre d’économie de la Sorbonne (université Paris 1 Panthéon Sorbonne). Il est professeur associé (Adjungeret Professor) à l’université d’Aalborg (Danemark). Ses recherches portent sur la comparaison des systèmes de protection sociale en Europe et aux États-Unis, ainsi que sur les problèmes généraux, théoriques et épistémologiques de la comparaison internationale. Il a aussi une formation de gestionnaire et il a publié un ouvrage de synthèse sur l’organisation du travail. Il a également travaillé sur la transition de l’Afrique du Sud vers la démocratie.

Informations pratiques

Inscription à leseminaire@iscc.cnrs.fr

Mardi 4 mars 2014, 14h30 à 16h30

Maison des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7, « Les Gobelins »