Avec Camille Jutant, post-doctorante à l’École des médias et du numérique de la Sorbonne, et Joëlle Le Marec, professeure à l’Université Paris-Diderot.

Jeudi 12 juin 2014, 9h30 à 11h30

Institut des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 ou bus 27, 47, 83, 91, « Les Gobelins »

 
Questionner l’évaluation dans l’ESR

L’évaluation muséale : logiques de médiation et de marketing

 
Jeudi 12 juin 2014, 9h30 à 11h30, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Questionner l’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche

 

Résumé

L’introduction de l’évaluation dans le contexte muséal interroge la notion à double titre. D’une part, l’histoire des modes d’évaluation rend compte du caractère nécessairement communicationnel des phénomènes qui sont observés au prisme de cette démarche d’évaluation – c’est-à-dire des relations entre musée, visiteur, objet, savoirs, exposition qu’elle implique de penser. D’autre part, ces différents modes d’évaluation mettent au jour son caractère polémique – c’est-à-dire les tensions entre les critères choisis pour produire cette évaluation tantôt hérités de logique marketing et tantôt hérités d’une pensée sur la médiation. La dimension polémique touche également la tension entre des rapports à la production de connaissance très contrastés : production de données et objectivation « classique » d’une part, savoirs de la rencontre et du contact d’autre part.

Cette communication veut analyser ces deux dimensions en prenant soin de rappeler quels sont les outils, les acteurs et les formes de l’évaluation muséale. Elle montrera d’abord comment la formalisation des études et de l’évaluation dans le musée (nord-américain et européen) est le fruit d’une volonté politique de penser la culture comme un bien public, et le musée comme un acteur qui a un rôle social, mais aussi celui d’une réflexion dans la recherche en sciences sociales sur le statut d’une exposition, le statut du patrimoine ou de la vulgarisation scientifique. Elle interrogera ensuite les deux dynamiques qui ont accéléré le développement des études de public, ces dernières années. Il s’agit, d’une part, de la montée de la conception managériale des établissements du service public. Il s’agit, d’autre part, de la mise en place de logiques de performance attachées au milieu professionnel du marketing. Elle indiquera enfin comment les tensions qui habitent l’évaluation, sont également la manifestation d’une sensibilité à un débat épistémologique sur la place de l’attention à l’autre dans la production des savoirs (qu’est-ce que le public ? à quoi l’enquête participe-t-elle ?).