Projet porté par Valérie Schafer, chargée de recherche CNRS à l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC).

 

Patrimoine numériques en réseaux : enjeux, perspectives et tensions

 
Patrimonium, 2013

Accueil > Soutien à la recherche > Archives > Pilotage d’appels à projets CNRS > Projets retenus > 2013

 

Résumé

À la croisée de l’ingénierie des connaissances, des questions de communication entre sciences, techniques et société, et des enjeux théoriques et épistémologiques liés aux réseaux, ce projet était dédié aux conditions de préservation, d’appropriation et de réutilisation du patrimoine nativement numérique (archives Web, conservations des listes de diffusion, des données personnelles, archivage de twitter, etc.). Il visait à explorer les tensions et enjeux qui traversent cette question, et à prendre part à un dépôt de projet européen. Dans cette phase de montage du projet européen RESAW et d’exploration d’une question encore peu étudiée sous l’angle des tensions, nous souhaitions notamment orienter la contribution de notre équipe française autour de trois questions : celle de l’interopérabilité, de l’accès (ouverture, réutilisation, reproductibilité) et celle de la controverse Droit à l’oubli vs. Droit à la mémoire, afin d’apporter des compétences interdisciplinaires et SHS fortes à cet enjeu qui ne peut être (com)pris uniquement sous l’angle des grandes infrastructures, des aspects industriels et informatiques.

Réalisations

Ce projet, outre la parution de l’encadré de Camille Paloque-Berges et Valérie Schafer, « Les archives des réseaux numériques : périmètres, enjeux, défis », Culture et Recherche no 129, dossier « Les archives », avril 2014, p. 68-69, une intervention à l’Assemblée générale de l’IIPC (International Internet Preservation Consortium) en 2014 et la participation de l’équipe au séminaire européen RESAW qui s’est tenu en décembre 2013 à Aarhus (Danemark), a notamment permis de souder une équipe qui a ainsi déposé un projet ANR dédié au Web des années 90 comportant un important volet dédié aux archives du Web et au patrimoine nativement numérique, retenu pour financement [1]. Il a en outre stimulé des travaux qui se sont matérialisés dans l’appel à communication pour la revue Reset, « Patrimoine et patrimonialisation numériques », ou encore la participation de la porteuse du PEPS à l’organisation du colloque “Web Archives as scholarly Sources : Issues, Practices and Perspectives” (Aarhus, juin 2015).


[1Voir le projet sur Hypotheses.org