Séminaire de l’ISCC

Faire et dire la cyberguerre

 
Mardi 28 janvier 2014, 14h30 à 16h30, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Séminaire de l’ISCC > 2013/2014

 

François-Bernard Huyghe
« Cyberattaques : affaiblir et contraindre »

S’il n’y a pas de guerre à proprement parler dans le Cyberespace, il y a bien des attaques qui passent par lui : elles visent à s’emparer de données, à détraquer des systèmes ou à imposer des messages offensifs ou perturbateurs, non à martyriser des corps. Elles sont de nature économique, politique ou symbolique, accessibles au « faible » comme au « fort » et bouleversent donc les rapports de puissance que l’on tenait pour établis. Tandis que l’incertitude et le secret s’opposent aux tentatives globales de contrôle et surveillance, ces attaques d’un type inédit perturbent nos notions traditionnelles de ce que sont l’autorité, la menace, la violence, l’hostilité, voire même la représentation. On s’efforcera d’esquisser des typologies de ces attaques qui en reflètent les logiques et les imaginaires, avant d’esquisser le moindre pronostic sur le bel (?) avenir des attaques et sur la façon dont elles redéfinissent les autres outils des conflits.

François-Bernard Huyghe, docteur d’État et HDR, est directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et responsable de l’Observatoire géostratégique de l’information. Il enseigne (sur la cyber stratégie et l’influence) à l’Iris Sup, sur le campus virtuel de l’université de Limoges et à Polytechnique. Il se définit comme médiologue. Ses dernières publications sont Secrets à l’ère numérique (Médium no 37-38 en tant que directeur d’ouvrage) et Think tanks (Vuibert, 2013).


Daniel Ventre
« L’évolution des discours sur le cyberconflit »

Les notions de cybersécurité et cyberdéfense se sont progressivement imposées dans les discours médiatique, politique et militaire. Elles sont aujourd’hui présentées comme des enjeux majeurs de sécurité et de défense nationale, ce qui n’était pas encore le cas il y a quelques années. Quelques événements récents (cyberattaques contre l’Estonie, Stuxnet, cybercriminalité grandissante, etc.) expliquent partiellement la place acquise par le « cyber » dans les politiques de sécurité et de défense. La place qui est celle de la cybersécurité/cyberdéfense aujourd’hui ne résulte pas uniquement d’une soudaine prise de conscience, mais aussi d’un long processus qui s’inscrit sur les deux dernières décennies, au cours duquel les représentations et les perceptions ont évolué. Nous proposons une analyse des discours sur le cyberconflit : quelles sont les principales notions qui l’alimentent (cybersécurité, cyberdéfense, cybermenace, cyberguerre, etc.) ? Qui sont les promoteurs de ces discours et quels effets produisent-ils ?

Daniel Ventre est ingénieur au Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (Cesdip, CNRS), titulaire de la chaire cybersécurité et cyberdéfense (Écoles militaires de Saint-Cyr, Sogeti, Thales), chargé de cours à Télécom ParisTech et directeur de la collection « Cyberconflits et cybercriminalité » aux éditions Hermès-Lavoisier.

Informations pratiques

Inscription à leseminaire@iscc.cnrs.fr

Mardi 28 janvier 2014, 14h30 à 16h30

Maison des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7, « Les Gobelins »