Séance organisée et animée par Julie Bouchard et Valérie Schafer.

 
Séminaire de l’ISCC

Penser la participation des publics

 
Mardi 5 novembre 2013, 14h30 à 16h30, ISCC

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Séminaire de l’ISCC > 2013/2014

 

Bernard Reber
Délibérations collectives et interdisciplinaires des meilleurs des mondes

La participation n’est pas une solution mais un nouveau problème à penser. Sur la base de l’analyse de plus de quinze ans d’expériences d’évaluations technologiques participatives, nous reviendrons sur les outils proposés pour analyser principalement les dimensions normatives à l’œuvre au sein de dispositifs qui convoquent experts et citoyens. On assiste à un paradoxe puisque c’est surtout au nom d’exigences éthiques que des institutions d’évaluation ont convoqué des citoyens ordinaires, sans qu’on se donne la peine d’étudier leurs évaluations éthiques de technologies controversées. De même, si on a pu faire preuve d’imagination en matière de design institutionnel pour arriver à des formes de démocratie réflexive, peu d’études sont conduites sur les justifications des cadres théoriques choisis pour ensuite déduire des critères de qualité de ces débats (évaluation secondaire). Alors que la participation est mise en avant, plus encore avec Horizon 2020 en Europe et le cadre de la Recherche et de l’Innovation Responsables, de nombreux verrous théoriques restent à lever. Nous verrons entre autres les problèmes du pluralisme éthique mis sous contrainte du pluralisme politique, l’articulation entre précaution et pluralisme, la sous-détermination de l’argumentation dans la théorie de la démocratie délibérative qui l’exige pourtant.

Bernard Reber est directeur de recherche au CNRS, docteur en recherches politiques (EHESS), HDR en philosophie (Sorbonne), directeur adjoint du Centre de recherche sens, éthique, société (CERSES). Il est notamment l’auteur de La démocratie génétiquement modifiée. Sociologies éthiques de l’évaluation des technologies controversées (Presses de l’université Laval, 2011).


Stéphanie Wojcik
La politique évanescente ? De quelques controverses sur la participation politique en ligne et ses frontières

Si la participation politique constitue un aspect central de la « démocratie électronique », les controverses demeurent vives quant à son contenu, et ce d’autant que le concept de participation politique fait l’objet depuis son origine d’une extension quasi continue pour intégrer des activités de plus en plus variées. Certaines approches disqualifient simplement la participation politique lorsqu’elle reposerait sur les réseaux socionumériques. D’autres plaident pour une définition très élargie de la participation politique lorsqu’elle s’appuie sur des modalités numériques d’expression ou d’action et prônent une acception élargie de la participation affranchie du champ du militantisme. Entre ces deux pôles, d’aucuns considèrent que les médias numériques ont permis la création de modes de participation politique qui n’existaient pas auparavant. Se trouve alors interrogée la notion même de « politique », les arènes institutionnelles ou partisanes apparaissant délaissées au profit d’espaces de sociabilité numérique. À partir de travaux empiriques récents – sur les formes institutionnalisées du débat public et sur la dernière campagne présidentielle française –, nous interrogerons ainsi les frontières de la participation politique numérique.

Stéphanie Wojcik est docteur en science politique, maître de conférences en SIC au sein du département de communication politique et publique de l’université Paris-Est Créteil Val de Marne, et membre du Centre d’étude des discours, images, textes, écrits, communication (Céditec, EA 3119). Elle est responsable scientifique du réseau de recherche « Démocratie électronique » (DEL) et vice-présidente du comité de recherche « Démocratie électronique » de l’Association internationale de science politique (AISP/IPSA).

Informations pratiques

Inscription à leseminaire@iscc.cnrs.fr

Mardi 5 novembre 2013, 14h30 à 16h30

Maison des sciences de la communication
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7, « Les Gobelins »