Sixième séance du séminaire de formation par la recherche organisé par l’ISCC en coopération avec l’École doctorale EDITE, avec les interventions de Édouard Kleinpeter et Benoît Le Blanc.

 
Formation par la recherche

Séance 6. Connaissances et technologie

 
Lundi 14 janvier 2013, 14h30 à 18h30, ISCC

Accueil > Soutien à la recherche > Formation par la recherche > Module de formation « Recherche et interdisciplinarité »

 
  • La question de l’homme augmenté
    Édouard KLEINPETER, ingénieur de recherche à l’ISCC

Entre réalité technologique et fantasmagorie, le terme d’ « homme augmenté » a aujourd’hui le vent en poupe, que ce soit dans les laboratoires et colloques de recherche, dans la société ou dans les médias. S’il désigne avant tout un ensemble de technologies qui visent à améliorer l’être humain en le rendant plus fort, plus intelligent, plus rapide, en accroissant sa longévité, il s’étend désormais à un ensemble de représentations et de discours qui aspirent, grâce à la science, à rien de moins qu’une humanité nouvelle. Il s’agit surtout d’un objet transgressif. Dans les laboratoires, les recherches qui s’y rapportent traversent les barrières disciplinaires, au point que certains anticipent une « convergence » entre nanotechnologies, biotechnologies, sciences de l’information et sciences cognitives sans oublier, bien sûr, les implications éthiques et sociétales qui convoquent la quasi-totalité des sciences humaines. La frontière entre science et société ne résiste pas davantage et de nombreuses associations, entreprises et industries participent déjà à façonner cet « homme du futur ».

Mots-clés : Homme augmenté, interdisciplinarité, transdisciplinarité, convergence NBIC, transhumanisme, représentations culturelles des techniques, médias et technologies.

Textes de référence

  • Testard, J., 2011, Vers l’homme augmenté ? [en ligne].
  • Claverie, B., 2010, L’homme augmenté. Néotechnologies pour un dépassement du corps et de la pensée, L’Harmattan.
  • Besnier, J.-M., 2009, Demain les posthumains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ?, Hachette Littératures.

  • L’enjeu des sciences cognitives
    Benoît LE BLANC, directeur adjoint de l’École nationale supérieure de cognitique à Bordeaux

Dans un monde où la diffusion des informations s’est très largement développée, où le numérique a pris une place prépondérante, et où l’usage des technologies est devenu quotidien, les sciences cognitives sont là pour nous éclairer sur comment fonctionne un cerveau et comment se comporte un humain. Les réseaux nous fournissent-ils des informations ? Nous en attendons des connaissances et de l’information. Les tâches sont-elles automatisées ? Nous en attendons à ce qu’elles soient adaptées. L’environnement devient-il communiquant ? Nous en attendons des repères, des éléments rassurants, prêts à suppléer à leurs défaillances, à s’orienter vers leurs préférences. Domaine éminemment pluridisciplinaire, les sciences cognitives travaillent à l’articulation entre technologies, sciences du vivant et sciences humaines.

Mots-clés : cognition, comportement, cognitique

Textes de référence

  • Andler, D., « Sciences cognitives », Encyclopédie Universalis.
  • Claverie, B., 2005, Cognitique, L’Harmattan.
  • Kolb, B., Wishaw, I., 2008, Cerveau et comportement, De Boeck.

Informations pratiques

Lundi 14 janvier 2013, 14h30 à 18h30

Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)
20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 « Les Gobelins »