La Mission interdisciplinarité du CNRS et l’Institut des sciences de la communication du CNRS, avec le soutien de l’Inserm, organisent un colloque pluridisciplinaire L’humain augmenté. État des lieux et perspectives critiques. Perception et représentation de l’humain réparé ou augmenté par hybridation technologique.

 
Vidéos en ligne

L’humain augmenté. État des lieux et perspectives critiques

 
Vendredi 14 décembre 2012, ISCC

Accueil > Recherche > Rencontres scientifiques

 


Crédit photographique : © CNRS Photothèque – Kaksonen, UMR6057 – Laboratoire Parole et Langage (LPL) – Aix-en-Provence [1]. Illustration : Céline Vaslin – ISCC.

Programme

Version pdf

Interventions filmées

Ouverture du colloque

Jacques Perriault, professeur émérite, conseiller scientifique à l’ISCC
Introduction (00:22:30)
Communication écrite (pdf)
Dominique Wolton, directeur de l’ISCC
Introduction (00:16:07)
Pascal Sommer, coordinateur du DÉFI-SENS
Présentation du DÉFI-SENS (00:15:02)

Table ronde no 1
Cultures, invariants et représentations collectives de l’humain augmenté

Stamatios Tzitzis, Institut d’histoire du droit, Université Paris 2 Panthéon Assas
Introduction (00:06:48)
Sylvie Allouche, Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques, CNRS / ENS / Université Paris 1 Panthéon Sorbonne / University of Bristol
Amplifications sensorielles : arts, sciences et fictions (00:19:11)

François Dingremont, Laboratoire d’anthropologie et histoire des mondes antiques, CNRS-EHESS
Augmentation humaine dans la Grèce antique : charis et tekhnè
Communication écrite (pdf)

Carole Hoffmann, Laboratoire de recherche en audiovisuel, Université Toulouse 2
Corps prothésé, corps hybridé : du réseau à la peau du monde

Discussion
(00:32:00)
Jean-Michel Besnier, Centre de recherche en épistémologie appliquée, CNRS / École Polytechnique
Conclusion (00:19:14)

Restitution du groupe de travail « Intégration corporelle de la technique »

Marina Maestrutti, Centre d’études des techniques des connaissances et des pratiques, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
(00:14:16)

Table ronde no 2
Intégration corporelle et cognitive des suppléances technologiques

Jean-Louis Vercher, Institut des sciences du mouvement, CNRS / Université Aix-Marseille
Introduction (00:10:38)
Éric Brangier, Laboratoire InterPsy, ETIC, Université de Lorraine-Metz
Trois dimensions psychologiques associées à la symbiose de l’homme et de la machine (00:15:39)
Maxime Derian, Centre d’études des techniques des connaissances et des pratiques, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Dispositifs implantés ou détachables : Une comparaison anthropologique (00:18:13)
Communication écrite (pdf)
Clémence Martin, Laboratoire d’éco-anthropologie et ethnobiologie, MNHN / CNRS
Augmenté, dilaté, rétracté : quand le corps éprouve des difficultés à « s’auto-greffer » des technologies complexes (00:17:49)
Barthélémy Durrive, Centre d’études en rhétorique, philosophie et histoire des idées, ENS Lyon
Fonctionnement, usage et perception d’un corps sans mode d’emploi (00:15:21)
Communication écrite (pdf) et présentation (pdf)
Discussion
(00:22:41)
Jean Lorenceau, Relais d’information sur les sciences de la cognition, CNRS-ENS-Université Paris 5 et Benoît Le Blanc, École nationale supérieure de cognitique de Bordeaux
Conclusion (00:16:12)

Table ronde no 3
Enjeux identitaires, normatifs, éthiques et sociétaux

Xanthie Vlachopoulou, Laboratoire de psychologie clinique et de psychopathologie, Université Paris Descartes Sorbonne
Introduction (00:04:16)
Communication écrite (pdf)
Thierry Jandrok, laboratoire Subjectivité, lien social et modernité, Université de Strasbourg
Dispositifs prothétiques : intégration et conflits (00:11:36)
Communication écrite (pdf)
Benoît Walther, Association de personnes concernées par des malformations congénitales de membre
Appareiller un membre absent à la naissance : fonction de la prothèse (00:18:55)
Communication écrite (pdf)
Joffrey Becker, Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS / EHESS
La mécanisation du lien social (00:17:17)
Communication écrite (pdf)
Jean-Paul Callède, Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne, CNRS / Université Paris Sorbonne
Les sportifs bioniques : entre logique réparatrice et tentation transgressive (00:15:55)
Communication écrite (pdf)
Discussion
(00:21:52)
Colin Schmidt, laboratoire Arts et Métiers ParisTech d’Angers, ENSAM-Paristech et Bernard Andrieu, Faculté du sport, Université de Nancy
Conclusion (00:16:11)

Conclusion, synthèse et perspectives

Jean Gayon, Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques, CNRS / ENS / Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Synthèse et perspectives (00:43:05)
Communication écrite (pdf)
Sandra Laugier, Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
Conclusion (00:11:20)

Organisation et pilotage

Logo Inserm Logo CNRSColloque organisé par l’Institut des sciences de la communication et la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS, avec le soutien de l’Insem.

Un appel à communications, dont la date limite était le 14 octobre 2012 à minuit, en détaille les thématiques. Les communications ont été sélectionnées par un jury composé d’experts des différentes disciplines impliquées.

Texte de l’appel à communications (pdf)

Ce colloque s’inscrit dans le cadre :

  • d’un groupe de travail Homme augmenté de l’ISCC ;
  • d’un programme de recherche inter-Instituts Insuffisance perceptive et suppléance personnalisée (DÉFI-SENS) porté par la Mission pour l’interdisciplinarité. DEFI-SENS finance des projets interdisciplinaires et technologiques du CNRS portant sur les cinq sens ainsi que l’équilibre et la motricité.

L’objectif de ce colloque est de :

  • donner une meilleure visibilité aux chercheurs et enseignants-chercheurs SHS impliqués dans ce domaine stratégique et socialement sensible ;
  • associer plus étroitement les SHS aux projets interdisciplinaires et technologiques de DEFI-SENS et de l’ISCC ;
  • dégager les pistes et verrous émergents susceptibles de donner lieu à des appels à projets et/ou séminaires financés en 2013.

Comité d’organisation

  • BRÉMONT Béatrice (INSHS, CNRS)
  • DONZEAU-GOUGE Véronique (Cnam, ISCC)
  • KLEINPETER Édouard (ISCC, CNRS)
  • SOMMER Pascal (porteur de DEFISENS, CNRS)

Comité de pilotage Liste détaillée (pdf)

  • ANDRIEU Bernard (Laboratoire d’anthropologie bioculturelle, droit, éthique et santé, Université Nancy 2)
  • BATEMAN Simone (Centre de recherche Médecine, sciences, santé, santé mentale, société, CNRS-Inserm-EHESS-Université Paris Descartes)
  • BESNIER Jean-Michel (Centre de recherche en épistémologie appliquée, Université Paris Sorbonne-CNRS)
  • BRANGIER Éric (Laboratoire InterPsy-ETIC, Université de Metz)
  • CLAVERIE Bernard (École nationale supérieure de Cognitique de Bordeaux)
  • GAYON Jean (Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques, CNRS-ENS-Université Paris 1)
  • LE BLANC Benoît (École nationale supérieure de cognitique de Bordeaux, ISCC)
  • LORENCEAU Jean (Relais d’information sur les sciences de la cognition, CNRS)
  • MAESTRUTTI Marina (Centre d’études des techniques, des connaissances et des pratiques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • PERRIAULT Jacques (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ISCC)
  • SCHMIDT Colin (Université du Maine, ParisTech Angers)
  • SCHMOLL Patrick (laboratoire Cultures et sociétés en Europe, Université de Strasbourg-CNRS)
  • TZITZIS Stamatios (Institut d’histoire du droit, Université Paris 2-CNRS)
  • VERCHER Jean-Louis (Institut des sciences du mouvement, CNRS)
  • VLACHOPOULOU Xanthie (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Informations pratiques

Vendredi 14 décembre 2012, à partir de 8h30

Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7 ou bus 27, 47, 83, 91, « Les Gobelins »

Plan du quartier sur le site de la RATP.


[1Electroencéphalographie (EEG), technique permettant de mesurer l’activité électrique du cerveau, en temps réel, au moyen d’électrodes placées sur le cuir chevelu. Le participant est placé devant un écran sur lequel lui est présenté une stimulation visuelle. Différentes études utilisent ce type d’instrumentation. On peut par exemple étudier la réaction du sujet à des voisins orthographiques, ou à la structure d’une phrase. Le mot évoque chez le sujet une réaction cérébrale selon qu’il soit attendu ou non dans sa position à l’intérieur de la phrase par exemple. La production et la perception de la parole, la lecture, sont autant d’activités cognitives qui peuvent être étudiées grâce à l’électroencéphalographie.