Cette séance est consacrée au thème des controverses, avec la participation de Jean Foyer, Laura Maxim, Renaud Meltz et Michaël Oustinoff.

 
Séminaire de l’ISCC

Jean Foyer, Laura Maxim, Renaud Meltz, Michaël Oustinoff

 
Mardi 26 juin 2012, 12h30 à 14h30, MSCI

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Séminaire de l’ISCC > 2011/2012

 

Ordre du jour

  • Tour de table sur l’actualité scientifique et politique
  • La mondialisation : nouvel horizon de la controverse, par Jean Foyer, Laura Maxim, Renaud Meltz et Michaël Oustinoff, chercheurs à l’ISCC.

Jean FOYER est diplômé de l’Institut d’études politiques de Toulouse et titulaire d’un doctorat en sociologie de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL- Paris 3 Sorbonne Nouvelle), où il a enseigné en tant qu’ATER entre 2005 et 2007. Sa thèse sur les controverses autour des biotechnologies au Mexique a reçu le Prix Le Monde de la recherche en 2009 (présentation de la thèse par Edgar Morin). En 2008-2009, il a été post-doctorant dans le cadre du programme ANR BioTEK puis, en 2010, de nouveau post-doctorant au sein du GSPR de l’EHESS où il a mené une enquête auprès de la communauté scientifique des nano-technologues d’Ile de France, dans le cadre du projet ANR Nano Innov. Ses recherches ont porté sur les mouvements sociaux indigènes et environnementaux, ainsi que sur les relations entre science, technique et marché dans une modernité travaillée en profondeur par la dynamique de globalisation. Spécialiste du Mexique, il y a passé trois ans et mené de nombreuses recherches de terrain. Au sein de l’ISCC, il mène actuellement des recherches sur la controverse globale autour des OGM. 

Laura MAXIM est chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). De formation interdisciplinaire (études universitaires d’écologie et thèse en économie écologique), sa recherche se focalise à présent sur l’analyse du statut de la chimie dans les sociétés d’Europe occidentale. Plus particulièrement, elle étudie la production et la communication des connaissances scientifiques relatives aux risques chimiques, dans leur contexte social, économique et politique. Elle s’intéresse notamment aux connaissances produites dans les processus réglementaires (le règlement européen REACH et la réglementation concernant la mise sur le marché des pesticides) et dans les processus d’innovation en chimie durable. Dans ses derniers travaux, elle se focalise sur une catégorie particulière de substances, celle des perturbateurs endocriniens.

Renaud MELTZ est maître de conférences à l’Université de la Polynésie française, en délégation à l’ISCC depuis septembre 2011. Il a notamment publié Alexis Léger, dit Saint-John Perse, Flammarion, 2008, Les écrivains-diplomates, pratiques, sociabilités, influences, XIXe – XXIe siècles, à paraître chez A. Colin. Ses recherches actuelles portent sur le rôle des opinions publiques dans les crises internationales, sujet qui a fait l’objet de sa communication dans le colloque Morale et diplomatie au XIXe siècle qu’il a co-organisé en juin 2012 avec I. Dasque et le Centre d’histoire du XIXe siècle de Paris I-Paris IV.

Michaël OUSTINOFF, maître de conférences HDR en traductologie à l’Institut du monde anglophone de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, est actuellement en délégation à l’ISCC, où il coordonne le pôle « Traduction et diversité culturelle ». Ses domaines de recherche sont notamment l’auto-traduction littéraire (Beckett, Nabokov) et l’impact de la mondialisation sur les questions relatives à la diversité linguistique, à la traduction et aux sciences de l’information et de la communication. Son troisième ouvrage, Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation, est paru chez CNRS Éditions en 2011.

Informations pratiques

Mardi 26 juin 2012, 12h30 à 14h30

Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e
Métro 7, Les Gobelins

Accès sur inscription