Jean-François Abramatic fut notamment président du W3C et auteur du rapport de 1999 sur le Développement technique de l’Internet.

 

Rencontre-discussion avec Jean-François Abramatic

 
Compte rendu de la séance du 3 mars 2011

Accueil > Évènements > Séminaires et ateliers réguliers > Histoires de l’internet (Hint)

 

Compte rendu

Jean-François Abramatic est revenu sur son parcours professionnel depuis l’année 1968, où il intégra l’École des Mines de Nancy, jusqu’à aujourd’hui. Son témoignage s’est concentré plus particulièrement sur ses années à l’Inria (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique), ses activités dans le secteur public et privé, les étapes qui le mènent à la présidence du W3C en 1996. Il a ainsi détaillé la naissance du Web et du World Wide Web Consortium (au MIT et en Europe), sa rencontre avec Tim Berners-Lee, la manière dont l’Inria est devenu hôte européen du W3C en 1995 et le fonctionnement du consortium.

Le World Wide Web naît en Europe à la fin des années 80 dans le cadre du Cern, un centre dont l’activité est dédiée à la recherche nucléaire. Tim Berners-Lee et Robert Cailliau proposent un système distribué basé sur des liens hypertextes, au départ destiné aux chercheurs du centre. Son succès est rapide au début des années 90 et dépasse le cadre du Cern, notamment grâce au logiciel de consultation Mosaic développé au National Center for Supercomputing Applications de l’Université d’Illinois (NCSA) par Mark Andreessen. En 1995 plusieurs millions de copies de Mosaic sont utilisées et l’ampleur de l’usage de cette technologie implique une réflexion sur l’évolution du Web. La première conférence internationale du World Wide Web se tient au Cern en mai 1994, une seconde est organisée en octobre par le NCSA. La même année le MIT-LCS devient le premier hôte du World Wide Web Consortium. Le consortium est défini comme une organisation internationale à but non lucratif fondée pour garantir l’interopérabilité et la bonne évolution du Web, inventer et promouvoir des langages et des protocoles universels. Cet évènement fondateur pour le W3C se déroule au moment même où le Cern choisit de se recentrer sur ses activités, en particulier la construction du LHC (Large Hadron Collider) et ne souhaite pas s’investir dans la mise en place d’un hôte européen, faisant écho au MIT. Le changement de partenaire se réalise en quelques mois et l’Inria signe en mars 1995 un accord par lequel il devient l’hôte pour l’ensemble des pays européens des activités du W3C. Ce sont ces quelques mois sur lesquels Jean-François Abramatic est revenu, montrant que les choix reposent autant sur des critères scientifiques que sur des opportunités saisies et des réseaux humains, avant d’aborder son accession à la présidence du W3C en 1996.

La discussion a porté sur la position du W3C à l’égard du royalty free, sur le rôle de J-F Abramatic depuis 1999 dans le développement de l’Internet en France (élaboration du Rapport sur le développement technique de l’Internet puis participation au Conseil stratégique des technologies de l’information auprès du Premier Ministre de 2000 à 2003), sur les « visionnaires » et pères fondateurs de l’Internet ou encore le passage à l’IPV6.

Informations pratiques

Jeudi 3 mars 2011, à 10 h

MSCI
20 rue Berbier-du-Mets
Paris 13e
Métro « Les Gobelins »

Contact
Valérie Schafer