L’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) était présent au festival international CinémaScience organisé par le CNRS à Bordeaux, à travers quatre conférences données à la librairie Mollat. Les podcasts des conférences sont en ligne.

 
Podcasts des conférences

Festival CinémaScience

 
30 novembre - 4 décembre 2010, Bordeaux

Accueil > Institut > Communication et médias > Communiqués

 

Présentation

Sont détaillées ici les conférences de Dominique Wolton et de trois chercheurs de l’ISCC. Retrouvez l’ensemble du programme CinémaScience (films, conférences...) sur le web du CNRS.

Jeudi 2 décembre, 12h30

« Qui gouverne l’Internet ? »

Conférence de Valérie Schafer, chercheuse à l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), docteure en histoire, spécialisée dans l’histoire des télécommunications et de l’informatique.

En remontant au réseau Arpanet, Valérie Schafer évoquera les réalités et mythes qui ont traversé et continuent à nourrir l’histoire de l’Internet, avant de montrer que le « réseau rêvé » riche des promesses d’un « village global » est aussi un réseau dont la gestion est de plus en plus contestée : domination des États-Unis sur sa gouvernance, risque de « balkanisation », fracture numérique, opacité, sont autant de sources de contestation et de controverses possibles.

Écouter la conférence

Vendredi 3 décembre, 12 h 30

« OGM : des controverses scientifiques aux conflits globaux »

Conférence de Jean Foyer, chercheur à l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), docteur en sociologie, spécialiste des thématiques environnementales et des rapports science société.

Les controverses autour des OGM permettent de mettre en lumière comment, à travers elles, se confrontent des conceptions et des pratiques antagonistes de la connaissance, de la propriété, de l’agriculture, du développement, de la globalisation ou encore de l’environnement. Ces controverses sont globales au sens où, en arrière-plan des questions spécifiques et techniques qu’elles soulèvent, elles cristallisent toute une série de grands enjeux sociaux et environnementaux contemporains révélant une opposition fondamentale entre logiques techno-économique et socio-environnementale.

Écouter la conférence

Jean Foyer, Il était une fois la bio-révolution : nature et savoirs dans la modernité globale, Presses Universitaires de France, 2010, 230 p. - 28 euros

Vendredi 3 décembre, 18h

« Expertises scientifiques et controverses »

Conférence de Dominique Wolton, sociologue, directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Licencié en droit et diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, docteur en sociologie, Dominique Wolton a fondé et dirige la Revue scientifique internationale Hermès depuis 1988 (CNRS Éditions), dont l’objet est d’étudier de manière interdisciplinaire la communication dans ses rapports avec les individus, les techniques, les cultures, les sociétés. Il dirige également la collection CNRS Communication qu’il a créée en 1998 (CNRS Éditions).

Son domaine de recherche concerne, au travers de très nombreux ouvrages, l’analyse des rapports entre culture, communication, société et politique. Après avoir écrit sur les médias, la communication politique, l’Europe, Internet, il étudie les conséquences politiques et culturelles de la mondialisation de l’information et de la communication. Pour lui, l’information et la communication sont un des enjeux politiques majeurs du XXIe siècle, et la cohabitation culturelle un impératif à construire comme condition de la 3e mondialisation, celle du respect des identités culturelles.

Écouter la conférence

Dominique Wolton, Informer n’est pas communiquer, CNRS Éditions, 2009, 140 p. - 6 euros
Dominique Wolton, McLuhan ne répond plus. Communiquer c’est cohabiter, Éditions de l’Aube, 2009, 121 p. – 11 euros

Samedi 4 décembre, 12h30

« Perturbateurs endocriniens et santé publique : petite cause, grande conséquence ? »

Conférence de Laura Maxim, chercheuse à l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), docteure en économie écologique, spécialiste des relations chimie – société.

Pourquoi certaines substances sont interdites dans certains pays et pas dans d’autres ? L’évaluation des risques chimiques diffèrerait-elle entre les pays, et si oui, pourquoi ? Qui évalue le risque ? Comment sont traitées les incertitudes ? Qui a le pouvoir de les ignorer ou, au contraire, de les mettre en lumière ?
Quel est le potentiel des « petits détails » de l’évaluation du risque chimique à déterminer des « grandes conséquences » au niveau sociétal ? Et comment aborde-t-on, d’un point de vue réglementaire, la relation entre les « petites doses » de perturbateurs endocriniens et leurs effets potentiellement de « grande ampleur » sur la santé publique ?

Autant de questions qui seront abordées à la lumière de l’étude d’un perturbateur endocrinien qui occupe depuis quelque temps une place centrale sur la scène médiatique et politique : le Bisphénol-A. Laura Maxim abordera les débats scientifiques sur la relation « dose - effet » d’un point de vue sociétal et politique, à partir d’une analyse comparative de plusieurs évaluations des risques de cette substance, réalisées en France, au niveau européen, ou dans d’autres pays du monde comme le Canada et les États-Unis.

Écouter la conférence

Informations pratiques

Librairie Mollat
15 rue Vital-Carles à Bordeaux
Tram B, arrêt Gambetta